AC OPÉRA BALLET PRODUCTION > La terrasse.fr

> Onsortoupas.fr

> frequence-sud.fr

« Permettez-moi de très chaleureusement vous adresser toutes mes félicitations à la suite de la parution, dans l’édition du 15 novembre 2019 du journal La Provence, d’un article qui vous est personnellement consacré. Cette publication rend un bel et légitime hommage à la présentation de votre nouvelle création DREAM à l’Opéra de Marseille. Je suis particulièrement fier d’être le résident d’une Région dans laquelle s’exercent votre talent comme engagement. Aussi cette reconnaissance, méritée, s’inscrit dans la droite ligne de votre réussite et se doit d’être saluée. L’ensemble de la majorité régionale se joint à moi pour vous adresser nos meilleurs vœux de réussite à venir, en faveur du rayonnement et du succès de l’ensemble de nos territoires Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées » Renaud Muselier  


> Le Figaro




> ville-massy.fr



> Danse magazine


Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Inès Pagotto commence la danse à l’âge de 5 ans. Dès 8 ans, elle participe à des concours régionaux, nationaux et internationaux. En 2015, elle intègre l’Ecole Nationale Supérieure de Danse de Marseille sous la direction d’Omar Taibei. De 2015 à 2019, elle reçoit l’enseignement de Mireille Bourgeois, Julien Lestel, Agnès Lascombes et Marie-Claude Dubus. En Juin 2019, elle intègre la Compagnie Julien Lestel à l’âge de 17ans.

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

LA BAULE

Palais des Congrès Atlantia

Fragment – She is Back – Boléro – Misatango

SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

AURILLAC

Théâtre Municipal d’Aurillac

JEUDI 14 MAI 2020 – 20H30

> Billeterie

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

SAINT-GAUDENS

Théâtre Jean Marmignon

VENDREDI 31 JANVIER 2020 – 21H

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

SAINT-PIERRE DU MONS

Le Pôle (Culturel du Marsan) – Théâtre de Gascogne

SAMEDI 03 OCTOBRE 2020

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

SORGUES

Pôle Culturel Camille Claudel

SAMEDI 23 MAI 2020 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

BORDEAUX

Théâtre Casino Barrière

SAMEDI 4 AVRIL 2020 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

TOULOUSE

Théâtre Casino Barrière

VENDREDI 3 AVRIL 2020 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

LE TOUQUET

SAMEDI 21 MARS 2020

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

SAINT-SEBASTIEN – ESPAGNE

Théâtre Victoria Eugenia

LUNDI 09 MARS 2020

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

BIARRITZ

Théâtre Casino Barrière

VENDREDI 28 FÉVRIER 2020 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

DEAUVILLE

CID de Deauville

DIMANCHE 9 FÉVRIER 2020 – 16H

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

LILLE

Théâtre Casino Barrière

DIMANCHE 19 JANVIER 2020 – 16H

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

ENGHIEN

Théâtre Casino Barrière

SAMEDI 18 JANVIER 2020 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

PARIS

Salle Pleyel

JEUDI 16 JANVIER 2020 – 20H

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

SAINTE-MAXIME

Le Carré Sainte-Maxime

SAMEDI 23 NOVEMBRE 2019 – 20H30

> Billeterie

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

MARSEILLE

Opéra de Marseille

SAMEDI 16 NOVEMBRE 2019 – 20H

DIMANCHE 17 NOVEMBRE 2019 – 16H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

TOULOUSE

DIMANCHE 14 JUIN 2020 – 17H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

ENGHIEN

DIMANCHE 7 JUIN 2020 – 16H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

BORDEAUX

DIMANCHE 31 MAI 2020 – 16H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

LILLE

DIMANCHE 17 MAI 2020 – 16H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

DEAUVILLE

DIMANCHE 10 MAI 2020 – 16H

> Billeterie

GALA D’ÉTOILES

MASSY

Opéra de Massy

DIMANCHE 13 OCTOBRE 2019 – 16H

Voir le programme

> bordeaux-gazette.com – Juin 2019





danseur classique deux danseurs dans un spectacle de danse classique ballet d'alexandra cardinale ballet de danse classique danseuse alexandra cardinale danseur spectacle de danse classique
« Gala d’Étoiles », produit, dirigé et mis en scène par Alexandra Cardinale, est né d’une simple idée : un concentré d’excellence accessible à tous. On compte déjà une cinquantaine de représentations lors desquelles le succès est au rendez‐vous sur les scènes du Palais des Festivals de Cannes, du Palais des Congrès d’Issy-les‐Moulineaux, du Centre International de Deauville, du Palais des Congrès de Paris, du Palais des Congrès Atlantia de La Baule, du Centre des Congrès de Rennes Métropole ou encore des Théâtres Lucien Barrière. Cette soirée de ballets constitue l’opportunité unique de découvrir quelques-uns des plus grands danseurs de la scène actuelle : Étoiles, solistes de l’Opéra de Paris (Karl Paquette, Nicolas Le Riche, Mathias Heymann, Clairemarie Osta, Isabelle Ciaravola, Dorothée Gilbert, Laura Hecquet, Amandine Albisson, Vincent Chaillet, Audric Bezard, Valentine Colasante, Sae Eun Park, Hannah O’Neill, Hugo Marchand, Germain Louvet…), artistes internationaux et de la Compagnie Julien Lestel. Ces remarquables interprètes du Palais Garnier et des principales scènes internationales évoluent ici dans une programmation aux tonalités multiples qui associe extraits des plus prestigieux ballets classiques et oeuvres chorégraphiques issues d’un répertoire plus contemporain. Une palette éblouissante à la conquête du beau et du léger.
Qu’ils se risquent aux grands morceaux de bravoure ou interprètent des créations inédites, ces danseurs au sommet de leur art transmettent au public un concentré d’émotions et de grâce. L’évasion et la communion engendrées par cet art, transportent le spectateur vers la Beauté. Vecteurs d’émotions, la danse et la musique, langages universels, nous ramènent à l’Essentiel et nous ouvrent à la créativité et au Rêve. La mise en scène et les jeux de lumières sont créés pour chacune des pièces présentées sous la direction d’AC Opéra Ballet Production. Les costumes appartiennent au Patrimoine de l’Opéra National de Paris. Les danseurs sont invités à se produire dans «Gala d’Étoiles» à titre individuel par Alexandra Cardinale Opéra Ballet Production avec l’aimable autorisation de Madame Aurélie Dupont Directrice de la Danse de l’Opéra National de Paris. logo Gala d'Etoiles AC Opera Ballet Production

Extraits



photo ballet Dream Dream Dream Dream Dream Dream Dream Dream Dream Dream photo ballet Dream
Compagnie Julien LESTEL
Chorégraphie : Julien LESTEL
Création : 2019
Musiques : Jóhann JOHANNSSON / Ivan JULLIARD / Nina SIMONE
Costumes : Patrick MURRU
Lumières : Lo Ammy VAIMATAPAKO
Avec les danseurs de la Compagnie Julien Lestel et artiste invitée Alexandra Cardinale de l’Opéra de Paris.

Julien Lestel nous offre sa nouvelle création sur le thème du rêve. Le propos de la Compagnie Julien Lestel est d’emmener le spectateur vers une émotion suscitée par la gestuelle et de l’entraîner dans une dynamique où se côtoient puissance, sensualité et poésie mises en valeur par la technique virtuose des interprètes. « DREAM nous entraîne là où logent nos désirs les plus enfouis et les plus secrets. Rêves inavoués, pulsions et passions inassouvies trouvent à s’exprimer dans ce monde propice à l’imagination. Nos peurs et nos angoisses s’y abritent, territoire parfois inconnu de nous-mêmes. Dans un élan viscéral jaillit une danse d’une physicalité exacerbée et d’une sensualité vibrante. » Julien Lestel
Produit par Alexandra Cardinale, cette nouvelle création est d’une modernité, d’une beauté́ et d’une volupté́ incomparables. DREAM est un voyage céleste, puissant et charnel. La Compagnie Julien Lestel reçoit le soutien de la Ville de Marseille et du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône. La Compagnie Julien Lestel est en résidence de création longue à l’Opéra de Massy, avec le soutien de la DRAC Île-de-France. Avec le soutien du Théâtre de CUSSET – Scène conventionnée « Art et création » dans les arts chorégraphiques et circassiens. DREAM reçoit le soutien de la SPEDIDAM. LA SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées.

BILLETERIE SALLE PLEYEL

Danseuse Étoile du Ballet du Capitole de Toulouse

Née à Perm en Russie, Natalia de Froberville a été formée à l’Ecole du Ballet National de Kiev, en Ukraine. Après avoir obtenu le prix de Lausanne en 2001, et plusieurs prix au concours international de Moscou, elle est nommée Danseuse principale du Ballet de l’Opéra de Kiev. De 2002 à 2010, elle aborde tous les grands rôles du répertoire académique (Kitri/Don Quichotte, Giselle, Odette-Odile/ Le Lac des Cygnes, etc.). En 2010, elle rejoint le Ballet de l’Opéra de Perm où elle est danseuse principale (Jerome Robbins : Automne / Les Quatre Saisons, La Ballerine / The Concert ; William Forsythe : Tracy / the Second Detail ; George Balanchine : Kammermusik n°2 (Soliste), Tarentella, Tchaikovski Pas de Deux, Rubis/Joyaux, Polyhymnia/Apollon Musagète ; Kenneth Mc Millan : Juliette Romeo et Juliette), Irina Winter Dreams ; Rostislav Zakharov : Maria/ La Fontaine de Bakhtchisaraï…) Pour Alexei Miroschnichenko, directeur du Ballet de Perm, elle crée le rôle de Shutiha dans Le Bouffon, et celui de Masha dans Hypothetically Murdered, première mondiale d’un ballet inédit de Dmitri Chostakovitch. Pour ce rôle, elle est nommée dans la catégorie Meilleure Danseuse aux Masques d’Or 2016, plus hautes récompenses en Russie dans le domaine de la danse et de l’opéra. En 2015-2016, Charles Jude l’invite à l’Opéra National de Bordeaux dans Giselle (rôle titre) et La Belle au Bois Dormant (Princesse Aurora). Elle quitte le Ballet de l’Opéra de Perm en juin 2016 pour rejoindre le Ballet du Capitole. Sous la direction de Kader Belarbi, elle découvre de nouveaux défis et un large répertoire. Kader Belarbi lui confie le rôle principal dans ses propres versions de Giselle (rôle titre), du Corsaire (La belle esclave), Don Quichotte (Kitri), ou encore Casse-Noisette (Clara). Elle danse également le rôle titre dans Carmen de Roland Petit, Mme de Merteuil dans les Liaisons Dangereuses (Davide Bombana), A Million Kisses To My Skin (David Dawson), The Vertiginous Thrill of Exactitude (William Forsythe), Fugaz(Cayetano Soto). En janvier 2017, elle est invitée au Ballet Royal de Flandres pour danser le rôle de Phrygia dans Spartacus de Iouri Grigorovitch. Elle a tout au long de sa carrière participé à de nombreux galas et hommages, avec entre autres pour partenaires Leonid Sarafanov (Théâtre Mikhaïlovski de Saint-Pétersbourg), Daniil Simkin (American Ballet Theater), Andrei Batalov et Denis Matvienko (Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg), Morihiro Iwata (Theâtre Bolchoï de Moscou) ou encore Noah Gelber (The William Forsythe Company). Elle est depuis septembre 2018 danseuse Etoile du Ballet du Capitole. > Tous Voisins – Février 2019

> Sud Ouest – Février 2019

> Royal Monaco – Janvier 2019

> La Croisette – Automne/hiver 2018/2019



 

  > Danser Magazine – Septembre 2018



 

 

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Après avoir commencé sa formation au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, dès 2014 Jean-Baptiste poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il intègre le Junior Ballet où il danse des pièces de Fokine, Kylian et Kelemenis. Après un passage au Ballet du Rhin pour la production de La Strada de Mario Pistons, il est engagé par Preljocaj en 2016, d’abord dans les Ballets Junior puis dans le GUID. Il rejoint la Compagnie Julien Lestel en juin 2018.

Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Formée à l’École Nationale Supérieure de danse de Marseille en danse classique et contemporaine, Maeva participe en 2009 au Prix de Lausane. Elle est alors invitée par le Ballet National du Canada pour y poursuivre ses études, puis les termine à l’école supérieure de danse Palucca à Dresde. En 2013, elle rejoint la Delattre Comapany. Ensuite, elle intègre le Staatstheater Nunberg, pour la saison 2015-2016, où elle danse des pièces de Goyo Montero, Ohad Naharin, Christian Spuck et William Forsythe. Début 2017, elle est engagée par la Dresden Frankfurt Company dirigée par Jacopo Godani. Elle rejoint la Compagnie Julien Lestel en juin 2018. > Côté Magazine – Septembre 2018



 

 

> Var matin – Août 2018



  > Var matin – Août 2018



  > Nice matin – Août 2018



  > Amouage – Eté 2018



  > Nice matin – Aout 2018



  > MOMAG’-ÉTÉ – Juillet 2018



 

La nuit magique de la Plage Barrière Le Majestic


> rivieramagazine.fr – Juillet 2018



  misatango misatango misatango misatango misatango misatango
Compagnie Julien Lestel Chorégraphie : Julien LESTEL Création : 2018 Musiques : Astor PIAZZOLLA / Martín PALMERI Costumes : Patrick MURRU Lumières : Lo Ammy VAIMATAPAKO Avec les danseurs de la Compagnie Julien Lestel et artiste invitée Alexandra Cardinale de l’Opéra de Paris Trois ballets pour un hommage au Tango, sur des musiques d’Astor Piazzolla et la célèbre MisaTango de Martin Palmeri, une des oeuvres musicales préférées du Pape François. La chorégraphie est teintée de deux couleurs, empreinte tout à la fois de profonde spiritualité et de grande sensualité, qui s’expriment dans une succession de solos, duos et d’ensembles d’une très grande beauté et d’une incomparable volupté. ADIOS, NONINO. Un soir de 1959 : Astor Piazzolla apprend à Porto Rico le décès de son père. De retour à New-York pour les obsèques, il y compose l’œuvre en moins d’une heure, sur une trame, il est vrai, préexistante, celle de Nonino, datant de 1955.Une œuvre intimiste, aux harmonies éthérées, qui rompt avec les rythmes traditionnels du tango. Piazzolla l’appela plus tard «son air le plus fin».
MILONGA DEL ANGEL Dans les années 1960, Piazzolla composa quatre œuvres connues sous le nom de « série de l’ange», dont certaines étaient destinées à une pièce de théâtre de son compatriote Alberto Rodríguez Muñoz. La milonga est une danse du XIXe siècle, antérieure au tango, dont elle se distingue par son intériorité et par son tempo plus lent, rappelant celui de la habanera. Il se dégage de la langoureuse Milonga del Ángel (1965) un charme incomparable, avec un léger parfum de swing. Un duo sur l’appel du désir et l’émotion intérieure qu’il suscite. MISATANGO Cette MisaTango est composée sur les mêmes mouvements qu’une messe en latin classique, à laquelle se mêlent les harmoniques et les rythmes syncopés du tango. Créée en 1996, la MisaTango (« Messe à Buenos Aires ») connaît un succès planétaire : jouée en 2013 au Vatican en l’honneur du Pape François, au Carnegie Hall de New York en avril 2016 et enregistrée en France par Michel Piquemal. Martín Palmeri compose une musique brillante et forte qui transcende le répertoire vocal sacré par l’apport des traditions musicales latino-américaines, tout particulièrement celles de son pays d’origine : l’Argentine. Ici, la chorégraphie est teintée également de deux couleurs. Elle est empreinte tout à la fois de profonde spiritualité et de grande sensualité. Cette dualité est traduite par une succession de solos, de duos et d’ensembles. La gestuelle est tour à tour iconique, exprimant le recueillement et la recherche de transcendance, mais aussi très charnelle, exprimant alors volupté et liberté des corps évoluant dans des mouvements amples et puissants. MisaTango est une mise en exergue chorégraphique de la création originale du compositeur argentin. La Compagnie Julien Lestel reçoit le soutien de la Ville de Marseille et du Département des Bouches-du-Rhône. La compagnie Julien Lestel est en résidence de création longue à l’Opéra de Massy avec le soutien de la DRAC Île-de-France. Avec le soutien du théâtre de Cusset – Scene d’intérêt national , conventionnée « Art et création « dans les arts chorégraphiques et circadiens ». Le spectacle Misatango a été créé en mai 2018 à l’Opéra de Massy avec le Chœur régional Vittoria d’Île-de-France, dirigé par Michel Piquemal. La Compagnie Julien Lestel, l’Opéra de Massy et le Chœur régional Vittoria d’Île-de-France ont coproduit la création du spectacle Misatango.

GALA D’ÉTOILES

TOULOUSE

DIMANCHE 16 JUIN 2019 – 17H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ENGHIEN

DIMANCHE 9 JUIN 2019 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

BORDEAUX

DIMANCHE 26 MAI 2019 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LILLE

DIMANCHE 19 MAI 2019 – 16H

GALA D’ÉTOILES

DEAUVILLE

DIMANCHE 12 MAI 2019 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ISSY-LES-MOULINEAUX

SAMEDI 13 AVRIL 2019 – 20H30

Voir le programme

Toute l’équipe de Gala d’Étoiles vous remercie pour cette sublime Saison 8. Votre accueil chaleureux et votre enthousiasme nous ont une fois de plus profondément touché. Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle saison :
  • Rennes, Palais de Congrès Samedi 27 janvier 2019 à 14h
  • Issy-les-Moulineaux, Palais des Congrès Samedi 13 avril 2019 à 20h30
  • Bordeaux, Théâtre Casino Barrière le dimanche 26 mai 2019 à 16h
  • Deauville, Centre International de Deauville  le dimanche 12 mai à 16h
  • Enghien,Théâtre Casino Barrière le dimanche 9 juin à 16h
  • Lille, Théâtre Casino Barrière le dimanche 19 mai à 16h
  • Toulouse, Théâtre Casino Barrière le dimanche 16 juin à 17h
Nous vous souhaitons un bel été ! Sae Eun Park et Jérémy Loup Quer sur la scène du Casino Barrière de Bordeaux pendant le Gala d'étoiles

GALA D’ÉTOILES

RENNES

SAMEDI 27 JANVIER 2019 – 14H

Voir le programme

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

TOULOUSE

Théâtre Casino Barrière

SAMEDI 25 MAI 2019 – 20H30

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

ENGHIEN

Théâtre Casino Barrière

DIMANCHE 17 MARS 2019 – 16H

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

LILLE

Théâtre Casino Barrière

SAMEDI 16 MARS 2019 – 20H30

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

BIARRITZ

Théâtre Casino Barrière

DIMANCHE 3 FEVRIER 2019 – 16H

MISATANGO COMPAGNIE JULIEN LESTEL

BORDEAUX

Théâtre Casino Barrière

SAMEDI 2 FEVRIER 2019 – 20H30

> Signé Barrière – Juin 2018



  > ToulouseBlog.fr – Juin 2018



  > La semaine du Pays basque Juin 2018



  > Danser Magazine Juin 2018



  > Critiphotodanse – Mai 2018



  > Paris Normandie – Mai 2018



  > actu – Mai 2018



  > Le Pays d’Auge – Mai 2018



 
> La Revue des Rendez-vous de la Baule









  > Nice Matin – Février 2018



 

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux

Roman Mikhalev est formé à l’ École de Ballet Vaganova de Saint-Pétersbourg. Il débute sa carrière professionnelle au Ballet de l’Opéra National Moussorgski de Saint-Pétersbourg. En 2005, il est engagé Soliste au Ballet de l’Opéra National de Bordeaux. En juillet 2012, il est nommé danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux . Lors de concours internationaux, Roman Mikhalev est honoré de Prix prestigieux : Troisième prix « Maya 98 » à Saint-Pétersbourg, Second prix du Concours International de Perm (1999), Premier prix « Noureev 2000 » à Budapest, le Second prix du IXe Concours International de Ballet de Moscou (2001). Roman Mikhalev participe à toutes les grandes productions du Ballet National de Bordeaux , interprétant aussi bien les chorégraphies de Charles Jude, Georges Balanchine, Serge Lifar, Carolyn Carlson, Jiri Kylian, William Forsythe…

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux

Sara Renda suit sa formation de danseuse à l’Ecole du Teatro Alla Scala. Elle débute sa carrière professionnelle au Teatro Comunale de Florence puis au Teatro Alla Scala . En septembre 2010, elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra National de Bordeaux. Soliste en décembre 2014, elle est nommée Danseuse Etoile en décembre 2015. Lors de concours internationaux, Sara Renda est honorée de Prix prestigieux : Médaille de bronze au concours de Varna 2014, Prix Danza & Danza 2014 de la meilleure danseuse italienne à l’étranger et Prix DanzArenzano Arte 2015. Sara Renda participe à toutes les grandes productions du Ballet National de Bordeaux , interprétant aussi bien les chorégraphies de Charles Jude, Georges Balanchine, Serge Lifar, Carolyn Carlson, Nicolas Le Riche, Kader Belarbi, Blanca Li > Une Saison à l’Opéra – 3 février 2018

  Année : 2014
Musique : Jacques Diennet
Chorégraphie : Julien Lestel

La Paix des Étoiles nous plonge dans un univers cosmique et futuriste. Un monde symbolique traduit par des mouvements fluides, aériens et charnels, mais aussi un monde festif comme une fête électronique inspirée par les couleurs vives et synthétiques de la ville, exprimé par une gestuelle puissante, énergique voire explosive. Moderne, inventif et créatif ce ballet révèle le spectateur à son propre imaginaire grâce aux perceptions et aux émotions qu’il éprouve face à une multiplicité d’images. Francesco Mura est né à Pistoia. D’une famille de danseurs, il commence à danser à l’âge de 11 ans. L’année suivante, il participe au concours « Civitanova dance for tomorrow » où il obtient la médaille d’or et remporte une bourse d’étude pour l’Ecole de la Scala de Milan. Après ces deux années à Milan, Francesco rejoint en 2013 l’Ecole de danse de l’Opéra National de Paris, où il perfectionnera sa technique auprès des grands professeurs français. A la fin de sa deuxième année, il est choisi pour danser la variation du Tambourin du Bal des Cadets lors de la soirée d’adieu de Nicolas Le Riche à l’Opéra de Paris. A la fin de son cursus, il remporte, en se classant premier, le concours d’entrée du Corps de ballet de l’Opéra de Paris en 2015. Il reçoit le prix Jeune Espoir de l’Arop. L’année suivante, il est promu au rang de Coryphée et danse dans tous les ballets du répertoire tels que la Bayadère, Roméo et Juliette, Brahms Schoenberg, En sol, Violin Concerto, le Lac des Cygnes, la Sylphide. Il obtient son premier rôle dans le Sacre du Printemps de Pina Bausch. Il interprète le rôle du Chef des Gitans dans Don Quichotte.

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Après une formation au Conservatoire d’Ajaccio en section contemporaine ainsi qu’une formation en danses latines, Matisse Coelho-Mandes est engagé à l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille sous la direction artistique et pédagogique de Paola Cantalupo et d’Omar Taïebi comme directeur artistique et pédagogique adjoint. Il rejoint la Compagnie Julien Lestel en septembre 2016.

Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Formée au Conservatoire Grand Avignon, Roxanne Katrun intègre ensuite l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille. Elle poursuit son cursus à l’Ecole Supérieure de Danse de Cannes Rosella Hightower sous la direction de Paola Cantalupo où elle obtient son diplôme de fin d’études chorégraphiques. Elle danse les chorégraphies de Claude Brumachon, Davide Bombana, Olivier Dubois, Francesco Curci et Marius Petipa. Elle rejoint la Compagnie Julien Lestel en septembre 2017. > “A Deauville, le Gala d’Étoiles mène la danse”

> “Deauville : Je veux amener l’Opéra en province”

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Après une formation au VM Ballet Studio à Toulouse, Florent Cazeneuve travaille avec le Ballet Nice Méditerranée où il danse les chorégraphies de Nacho Duato, Léo Staats et Gene Kelly. Il travaille ensuite avec le Ballet du Capitole de Toulouse où il danse les chorégraphies de Kader Belarbi, Charles Jude, Thierry Maladain, Davide Bombana, Jean Dauberval et Marius Petipa. Il rejoint la Compagnie Julien Lestel en septembre 2016.

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Après avoir débuté la danse avec Madame Lucia Petrova à Lyon, Gaël Alamargot poursuit ses études au CNSM de Lyon. Par la suite, il danse dans divers projets comme l’Opéra-comique, le Ballet de Metz. En 2015 il est engagé au Ballet National de Marseille et en mars 2017 il rejoint la Compagnie Julien Lestel à Marseille. 

Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Après des formations suivies au Conservatoire d’Avignon sous la direction de Nicole Petracchi ainsi qu’à l’école de danse Temps de Flèche sous la direction d’Emmanuelle Rousse, Zélie Jourdan intègre l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille sous la direction de Jean-Christophe Paré, puis le Conservatoire Supérieur de Danse de Paris sous la direction de Daniel Agésilas. Elle est ensuite admise à l’École de Danse de l’Opéra de Paris, stagiaire en seconde division, sous la direction d’Élisabeth Platel et enfin, elle intègre l’École Supérieure de Danse de Cannes Rosella Hightower sous la direction de Paola Cantalupo où elle obtient son diplôme national supérieur professionnel (DNSP) de danseuse et interprète classique et contemporaine en 2015. Elle travaille d’abord avec le Ballet du Rhin et rejoint la Compagnie Julien Lestel en septembre 2016.

GALA D’ÉTOILES

BIARRITZ

DIMANCHE 24 JUIN 2018 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

TOULOUSE

DIMANCHE 17 JUIN 2018 – 18H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LILLE

DIMANCHE 27 MAI 2018 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ENGHIEN-LES-BAINS

DIMANCHE 20 MAI 2018 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

DEAUVILLE

DIMANCHE 6 MAI 2018 – 16H

Voir le programme

GALA D’ÉTOILES

BORDEAUX

DIMANCHE 25 MARS 2018 – 16H

Voir le programme

> L’éveil de Lisieux-Côte – Mars 2017

05 > L’éveil de Lisieux-Côte – Mars 2017

04thumb

> Le Pays d’Auge – Mars 2017

auge
> Ma semaine à Deauville – Mars 2017

> Lire l’article sur le site « http://www.deauville.fr »

01 PAYS_D_AUGE-21.03 > Le Pays d’Auge – Mars 2017

01 PAYS_D_AUGE-21.03 Chorégraphie : Julien Lestel Musique : Philip Glass
 Créé en 2007 à l’Espace Cardin, à Paris, les Âmes Frères emmène le spectateur vers une émotion suscitée par la gestuelle et l’entraîne dans une dynamique où se côtoient puissance, sensualité et poésie, mises en valeur par la technique virtuose du duo masculin. Dix ans plus tard, Julien Lestel propose une version toute en délicatesse interprétée par un couple homme femme.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Yvon Demol débute la danse à l’âge de 8 ans et entre à l’école de Danse de l’Opéra de Paris l’année suivante. Il est engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2007, est promu Coryphée en 2008. Depuis il participe aussi bien aux grands ballets du répertoire classique tels que Casse-Noisette, Cendrillon (R. Noureev), Giselle (P. Bart), Paquita (P. Lacotte) qu’à des pièces plus modernes comme Un Jour ou Deux (M. Cunningham), Artifact Suite et Pas. / Parts (W. Forsythe), Kaguyahime (J. Kylian), MC 14/22 «Ceci est mon corps» et Le Parc (A. Preljocaj) ou encore Le Sacre du Printemps et Orphée et Eurydice (P. Bausch). Il participe également à la création de Roméo et Juliette (S. Waltz) ainsi qu’à celle des Enfants du Paradis (J. Martinez). > La Voix du Nord 2016

GALA D’ÉTOILES

CANNES

SAMEDI 17 FEVRIER 2018 – 20H30

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

RENNES

DIMANCHE 28 JANVIER 2018 – 17H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LA BAULE

SAMEDI 14 OCTOBRE 2017 – 20H

voir le programme

> Ouest France 2016

GALA D’ÉTOILES

BIARRITZ

DIMANCHE 2 JUILLET 2017 – 16H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

TOULOUSE

DIMANCHE 11 JUIN 2017 – 17H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

BORDEAUX

SAMEDI 10 JUIN 2017 – 20H30

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LILLE

DIMANCHE 21 MAI 2017 – 16H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ENGHIEN-LES-BAINS

DIMANCHE 23 AVRIL 2017 – 16H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ISSY-LES-MOULINEAUX

SAMEDI 22 AVRIL 2017 – 20H30

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

DEAUVILLE

DIMANCHE 26 MARS 2017 – 16H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LE TOUQUET

DIMANCHE 2 OCTOBRE 2016 – 21H

voir le programme

Mosaïque mosaique

Ballet de l’Opéra National de Paris

Florent Melac entre à l’Ecole du Ballet de l’Opéra National de Paris en 2005. Cinq ans plus tard, il termine sa formation et obtient son Diplôme National Supérieur Professionnel de Danseur. En 2010, il réussi le concours d’entrée dans le Ballet de l’Opéra National de Paris. Depuis, il participe aux grandes productions classiques et contemporaines au Palais Garnier et Opéra Bastille : La Bayadère (R.Noureev ), Giselle (P.Bart), Paquita (P.Lacotte) , Casse- Noisette ( R. Noureev), le rôle de « Paris » dans Roméo et Juliette(R.Noureev ).. Il se fait remarqué également par les chorégraphes contemporains tels que W.Mc Gregor, Christopher Wheeldon ou encore Benjamin Millepied ( Daphnis et Chloé , La Nuit s’achève). Il participe à de nombreux galas internationaux ( Indonésie , Argentine, Japon, Dubaï…). Florent Melac est également chorégraphe. Il est promu Coryphée lors du concours de promotion en 2014.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Roxane Stojanov est née le 17 août 1995 à Auch dans le Gers. En 2002 , elle commence la danse dans une petite école en Macédoine. Elle entre à l’Ecole du Ballet de l’Opéra National de Paris en 2007 . Elle y suis toute sa scolarité jusqu’en 2013 et on lui confie les rôles de solistes : « Dessin pour six « de John Taras,  « Symphonie en trois mouvements » de Nils Christe, « Le Bal des cadets « de David Lichine dans la « Jeune fille », Variations de Violette Verdy dans la « danseuse en jaune »,  « Péchés de Jeunesse « de Jean-Guillaume Bart, « La Nuit de Walpurgis  » de Claude Bessy d’après Léo Saat dans le rôle d' »Hélène ». En 2013,  elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris. Elle est distribuée dans les grandes productions. En 2016, elle est  promue Coryphée .  

Ballet de l’Opéra National de Paris

Letizia Galloni intègre l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris en 2001, et en 2009 elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Elle est promue Coryphée en 2011. Elle danse dans de nombreux grands ballets classiques du répertoire de l’Opéra tels que Giselle de Jean Coralli/Jules Perrot, Cendrillon de Rudolf Noureev, Paquita de Pierre Lacotte …On lui confie rapidement des rôles de demi-soliste: soliste de la Danse Arabe et la Pastorale dans Casse-Noisette, le Pas de trois et les 4 Grands cygnes dans le Lac des Cygnes de Rudolf Noureev. Elle danse en tant que Soliste dans la Fille Mal Gardée de Frederick Ashton dans le rôle de Lise et dans Le Sacre du Printemps de Pina Bausch le rôle de  l’Elue. Elle participe également à des pièces de chorégraphes contemporains comme Mats Ek, Angelin Preljocaj, William Forsythe, Pina Bausch, Anne Teresa de Keersmaeker, Benjamin Millepied. Elle participe aussi aux créations de l’Anatomie de la sensation de Wayne McGregor, du Boléro de Sidi Larbi Cherkaoui, Clear Light Bright Forward et La Nuit s’achève de Benjamin Millepied.

« Un spectacle composé de pas de deux où se disputent élégance et technique de haute volée. L’excellence de la danse orchestrée par la pétillante Alexandra Cardinale : le public en redemande ! »

Jean-Yves Dretzolis Responsable de la programmation au Palais des arts à Issy-les-Moulineaux

Directeur Chorégraphe Compagnie François Mauduit

Né à Caen en 1983, il commence la danse à 14 ans. En 1999, il intègre le Conservatoire Supérieur de Danse de Paris puis en 2001, l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris. En 2002, il est engagé à l’Opéra de Florence puis à l’Opéra de Bordeaux. En 2003, il est engagé au Béjart Ballet Lausanne. Durant 4 saisons, il danse les plus grandes œuvres du maîtres et notamment en tant que soliste. En 2006, il crée la Compagnie Chorégraphique François Mauduit à Caen. Il crée alors une trentaine de ballets qui tourneront en France et en Europe. On l’invite également à chorégraphier pour des cérémonies commémoratives : l’anniversaire du jumelage à Würzburg avec la ville de Caen, le soixantième anniversaire du débarquement, l’anniversaire hommage de Rudolf Noureev au Mémorial de Caen. En 2010, il reçoit le prix Positano « Léonide Massine » pour sa carrière de danseur et pour l’image de la danse et de la chorégraphie que sa compagnie véhicule depuis 2006. En 2014, il est nommé maître de ballet et chorégraphe résident au Palais d’Hiver Saint Petersbourg Ballet. Il chorégraphie également les parties dansées du Corps de Ballet pour l’émission « Prodiges » sur France 2. Parallèlement, il crée le Prix Nijinski (Concours international pour Jeunes danseurs) à Deauville (depuis 2014). Il est invité à donner régulièrement des stages en France et en Europe et est invité à danser dans divers galas aux côtés de danseurs internationaux.

Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Formée au Conservatoire de Danse de la Rochelle, elle intègre ensuite le Conservatoire d’Avignon. Elle travaille avec la Compagnie Révelenscène puis la Compagnie Nyian de Richard Digoué en Nouvelle Calédonie. En 2012, elle rejoint la Compagnie Julien Lestel.

Danseuse soliste Compagnie Julien Lestel

Après une formation en danse moderne et contemporaine en Nouvelle Calédonie, Julie Asi poursuit ses études en France auprès de Thierry Boyer, professeur de danse au Conservatoire d’Avignon. En 2005, elle retourne en Nouvelle Calédonie où elle intègre le Karba Noumea Ballet, puis la Compagnie Nyan du chorégraphe calédonien Richard Digoué, et ouvre en 2010 l’école Expression-Danse au Centre Maéli. Elle rejoint la Compagnie Julien Lestel en 2012.

Merci à Alain Hanel pour cette sublime exposition photos : Corps et Ballets. Retrouvez quelques unes de ses oeuvres prises lors de Gala d’Étoiles au Palais des Festival de Cannes en 2014
avec Sae Eun Park, Amandine Albisson, Audric Bezard, Julien Lestel et Gilles Porte.


Depuis quelques années, Alain Hanel photographie la Danse et les Ballets,
il a fixé des images des plus grandes compagnies sur la Côte d’ Azur et nous offre aujourd’hui un condensé de son travail.

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Nicolas Le Riche intègre en 1982 l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris, que dirigeait Claude Bessy. Durant les six années de son cursus le jeune danseur a pour Maître le Danseur Etoile Serge Peretti.

Nicolas Le Riche est engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris en 1988, à l’âge de seize ans. Il est promu Coryphée en 1989, Sujet en 1990 et Premier Danseur en 1991. Nicolas Le Riche est lauréat du prix du Cercle Carpeaux.

C’est à cette époque qu’il danse sous la direction de Rudolf Noureev, qui poussera son début de carrière en lui donnant les rôles de Mercutio puis de Roméo dans Roméo et Juliette. Nicolas Le Riche est nommé Etoile par Patrick Dupond, le 27 juillet 1993, après avoir interprété le rôle du prince dans Giselle.

Nicolas Le Riche est l’un des partenaires de prédilection de Sylvie Guillem, avec qui il a très souvent dansé en France et à l’étranger, notamment dans Marguerite et Armand, ballet créé par Rudolf Noureev et Margot Fonteyn. Roland Petit crée pour lui en 1999 le ballet Clavigo et fera de Nicolas Le Riche l’interprète emblématique de sa pièce Le Jeune Homme et la Mort qu’il danse pour la première fois avec Marie-Claude Pietragalla. Nicolas Le Riche interprète les rôles classiques et contemporains, se refusant par ailleurs à établir un quelconque cloisonnement entre deux facettes d’un seul et même art.

Nicolas Le Riche s’est également produit sur la scène des plus grandes compagnies du monde comme le Bolchoï, le Mariinsky, le Royal Ballet de Londres, le Tokyo Theater ou le New York City Ballet.

Par ailleurs, il crée entre autres ses propres chorégraphies depuis 2001, tout en continuant sa carrière d’étoile de l’Opéra de Paris. En 2005, il crée Caligula, ballet en cinq actes sur la musique des Quatre Saisons de Vivaldi et un livret de Guillaume Gallienne où il s’inspire de la vie de l’empereur romain. En 2007, il conçoit pour l’Opéra de Paris un spectacle tout public mêlant danse, musique, peinture et photographie. Ce spectacle, baptisé Écho, a été présenté à l’amphithéâtre Bastille.

Le 31 décembre 2008, il reprend le rôle de soliste dans le Boléro de Béjart à l’Opéra de Paris. En 2009, il interprète le rôle principal pour l’entrée au répertoire de l’Opéra national de Paris du ballet La Troisième Symphonie de Mahler de John Neumeier. En 2009, il interprète le rôle d’Eugène Onéguine dans Onéguine de Cranko. En 2009, il aborde pour la première fois les rôles mythiques des Ballets Russes à l’Opéra de Paris : le Faune dans L’Après-midi d’un Faune, créé par Nijinsky, et Petrouchka dans le ballet du même nom.

En 2012, il interprète Rearray de William Forsythe sur la scène du Théâtre des Champs-Élysées en compagnie de Sylvie Guillem. La même année, il danse Dances at a Gathering de Jerome Robbins et Appartement du chorégraphe suédois Mats Ek. Pour la saison 2013-2014, il participe à la création de Saburo Teshigawara intitulée Darkness Is Hiding Black Horses8 et interprète aux côtés d’Aurélie Dupont, Le Parc de Angelin Preljocaj, puis Mademoiselle Julie de la chorégraphe suédoise Birgit Cullberg. Nicolas Le Riche fait partie des nominés des National Dance awards 2014, grâce à sa prestation dans Le Jeune Homme et la Mort de Roland Petit avec l’English National Ballet.

En avril 2014 commence la tournée française de son propre spectacle Itinérances accompagné de Clairemarie Osta, Eleonora Abbagnato, Russell Maliphant et Isabelle Ciaravola. Spectacle durant lequel seront interprétés cinq œuvres : Critical Mass et Shift de Russell Maliphant, Le Jeune Homme et la Mort de Roland Petit, Annonciation d’Angelin Preljocaj et Odyssée (Pas de Deux chorégraphié par Nicolas Le Riche lui-même).

Nicolas Le Riche aura également dansé avec les plus grandes étoiles de l’Opéra de Paris comme Elisabeth Platel, Marie-Claude Pietragalla, Aurélie Dupont ou Marie-Agnès Gillot. Néanmoins il entretient un partenariat privilégié avec Sylvie Guillem.

Danseur virtuose, pourvu d’une technique affutée et d’une puissance de saut impressionnante, Nicolas Le Riche est également un interprète sensible choisi par les plus grands chorégraphes de notre siècle, évoluant aussi bien dans le répertoire classique qu’en danse contemporaine.

Guillaume Gallienne, ami du danseur, dira : « Il bondit comme un tigre, vole comme un ange et atterrit comme un chat. » Grand passionné de musique, affichant des goûts très éclectiques, allant du classique à la pop, il se produit d’ailleurs sur scène en novembre 2012 lors d’un concert de Mathieu Chedid, joue de la guitare, de la clarinette et s’adonne à l’aquarelle.

Le 9 juillet 2014, il fait ses adieux à la scène de l’Opéra de Paris à 42 ans, l’âge de la retraite pour cette maison. Ses adieux donnent lieu à une soirée exceptionnelle dont le seul architecte est Nicolas Le Riche lui-même. Elle est composée de ballets dansés dans leur intégralité – Le Jeune Homme et la Mort (Petit), L’Après-midi d’un Faune (Nijinski) et le Boléro (Béjart) – et d’extraits : Suite of Dances de Jerome Robbins, Caligula de Le Riche, Raymonda de Rudolf Noureev, Les Forains de Roland Petit, Le Bal des Cadets de Lichine. Ses ballets ont marqué la carrière du danseur durant ses 24 années au sein de la compagnie parisienne.

La soirée est également marquée par la venue d’invités spéciaux, amis de Nicolas Le Riche : Guillaume Gallienne lit un texte en hommage au danseur, Mathieu Chedid interprète à la guitare la partition de Suite of Dances sur la scène de l’opéra Garnier et Sylvie Guillem rejoint Nicolas Le Riche lors du salut final. La soirée se clôture par une standing ovation de plusieurs dizaines de minutes.

En 2015, Nicolas Le Riche crée et dirige avec son épouse Clairemarie Osta L’Atelier de Arts Chorégraphiques (LAAC) au Théâtre des Champs Elysée. > Les Echos du Touquet – Novembre 2015 Les-Echos-du-Touquet-Novembre-2015-AC-OPERA-BALLET-PRODUCTION Chère Alexandra, Je viens de recevoir ces tirés-à part de la manifestation EuroMedLab Paris 2015. Je tiens tout particulièrement à vous remercier à nouveau pour l’excellence de la prestation de votre compagnie « Gala d’Etoiles ». Les participants ont été tous sous le charme et totalement éblouis par la qualité du programme. Merci aussi du temps que vous bien voulu m’accorder pour partager des instants précieux en vue de la réussite totale de cet événement dans un climat de confiance total Je vous souhaite le meilleur pour vous et votre compagnie Très cordialement, Bernard Dr Bernard GOUGET Chair and Président EuroMedLab Paris 2015 Chère Madame, Notre ville a eu l’honneur, samedi 24 janvier dernier, de vous accueillir en son Palais des Congrès pour une représentation de votre spectacle de danse. A travers une succession d’œuvres de styles variés, extraites de répertoire classique ou de créations contemporaines, votre réputation de précision et de prouesse technique au service de l’esthétisme et de la grâce, a remporté une adhésion enthousiaste du public présent ce soir-là. Il m’est agréable aujourd’hui de vous transmettre le cliché joint, souvenir de votre passage isséen. Vous souhaitant un vif succès dans la poursuite de votre tournée, je vous prie d’agréer, chère Madame, l’expression de ma considération distinguée. Le Député-Maire Ancien Ministre André Santini PHOTO-DE-SANTINI-ISSY-LES-MOULINEAUX-2015-
Previous Image
Next Image

info heading

info content


Previous Image
Next Image

info heading

info content


Alexandra Cardinale Opéra Ballet production

ouvrira cette nouvelle saison avec une représentation de Puccini , de la Compagnie Julien Lestel, le 9 novembre 2015 au Touquet. La Saison 6 de Gala d’Étoiles s’ouvrira le 20 mars 2016 à Bordeaux. Retrouvez l’ensemble des dates de la Saison

PUCCINI

LE TOUQUET

Le Palais Casino Barrière du Touquet

SAMEDI 7 NOVEMBRE 2015 – 20H30

BIARRITZ

10 JUILLET 2016 – 16H

voir le programme

DEAUVILLE

SAMEDI 25 JUIN 2016 – 21H

voir le programme

TOULOUSE

DIMANCHE 19 JUIN 2016 – 17H

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

LILLE

DIMANCHE 29 MAI 2016 – 15H30

voir le programme

GALA D’ÉTOILES

ENGHIEN LES BAINS

DIMANCHE 22 MAI 2016 – 16H

GALA D’ÉTOILES

BORDEAUX

DIMANCHE 20 MARS 2016 – 15H

voir le programme

PUCCINI

ISSY LES MOULINEAUX

MARDI 29 MARS 2016 – 20H30

Un grand merci Alexandra ainsi qu’à toute ton équipe de m’avoir permis de participer à cette belle aventure humaine et artistique. Le “Gala d’Étoiles” est vraiment un gage de qualité et c’est un vrai plaisir et honneur pour moi de faire partie de ce spectacle où sont mêlées à la fois rigueur et bonne humeur. Grosses bises et encore merci pour ta confiance… Caroline Lemière (danseuse de la Cie Julien Lestel)

Participez vous aussi au développement de cette grande aventure artistique


Devenir mécène, c’est s’engager à ses cotés pour contribuer au développement de l’association AC Opéra Ballet Production, son activité, notamment par une aide financière.

Les Entreprises Mécènes apportent un soutien régulier et fidèle en s’associant à son fonctionnement et à la création de productions mais également à la diffusion de sa programmation.

Les avantages proposés aux mécènes :
Associez l’image de votre Entreprise à celle d’AC Opéra Ballet Production et bénéficiez d’une visibilité unique.

- Mention du nom et du logo de l’Entreprise sur les supports de communication (programme spectacle, site internet, réseaux sociaux… )

- Mention du nom et du logo de l’Entreprise sur les supports de communication spécifiques au projet soutenu.

- Mention du nom et du logo de l’Entreprise sur les communiqués et dossiers de presse liés au projet soutenu.

Les avantages fiscaux liés au mécénat :
Mécénat des Entreprises : Dans la limite de 5/1000 de votre chiffre d’affaires vous pouvez déduire directement de votre impôt sur les sociétés 60% de votre don.
 En cas d’exercice déficitaire ou de dépassement du seuil de 5/1000 le montant du don peut être reporté sur les 5 années suivantes.

Merci encore Alexandra pour cette magnifique saison de Gala d’Étoiles. Pour ce magnifique accueil que nous avons toujours et ces très beaux spectacles que nous avons l’occasion de donner. C’est une expérience humaine et artistique très enrichissante et pleine de beaux moments magiques que nous pouvons partager entre nous mais aussi avec les gens, le public. Dans un monde qui est parfois si difficile, je trouve merveilleux de pouvoir retrouver des étoiles dans les yeux des gens. C’est une des clefs de notre travail d’artiste … 🙂 Des gros bisous. Ivan 🙂 > Euromedlab 2015 > Euromedlab 2015

palais des congrès – Euromedlab

PARIS

DIMANCHE 21 JUIN 2015

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

TOULOUSE

SAMEDI 20 JUIN 2015 – 20H30

voir le programme

Du fond du cœur, merci pour cette merveilleuse soirée d’hier soir ! Assister à un gala de danse de ce niveau était un vrai bonheur ! Surtout dans cette salle qui allie qualité sonore, confort et proximité de la scène, ce que nous avons ni à Bastille ni à Garnier. Nous avions l’impression d’être avec les danseurs ! L’équilibre entre le classique et le contemporain dans le déroulement du programme était très réussi. Nous avons particulièrement apprécié la chorégraphie autour des voix de Pavarotti et de la Callas ainsi que le Boléro de Ravel. Enfin, l’énergie de la troupe et de leur organisatrice était communicative ce qui est précieux. Félicitations à tous et encore merci, À bientôt, Isabelle et Lionel Masclet Vandenbussche REmecenat > repetto LBmecenat > Lucien Barrière hôtels et casinos Gala d’Étoiles 5 ans que mon émerveillement est inlassablement renouvelé. 5 ans que je me laisse happer, bercer surprendre par tant de grâce, de générosité et de beauté. Gala d’Étoiles est une alchimie de talents qui nous entraîne aux tréfonds de nos émotions. Karine Chautar

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

à LILLE

samedi 13 JUIN 2015 – 20H30

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

à ENGHIEN-LES-BAINS

dimanche 14 JUIN 2015 – 16H

voir le programme

Chère Alexandra, Merci et bravo pour ce magnifique programme du Gala d’Étoiles saison 5. Jean Castarède Alexandra, Bravo pour ce travail fantastique et la qualité des spectacles que tu proposes depuis maintenant 6 saisons ! Je ne saurai à quel point exprimer la joie d’être à tes côtés et la confiance que tu me donnes depuis toutes ces années. Ce n’est qu’un début et je sais que d’autres grands projets vont naître grâce à ton talent ! Je t’embrasse fort… Karl Paquette De « l’Opéra de Paris » au « Gala d’Étoiles » avec la même passion et le même plaisir ! Héloïse Bourdon Un grand merci à Alexandra Cardinale pour sa générosité dans le travail et sa gentillesse avec les danseurs. C’est toujours un plaisir de danser pour Gala d’Étoiles. Jennifer Visocchi « Être directeur artistique c’est sélectionner des artistes, des oeuvres, des créateurs et des moyens techniques. C’est impulser une énergie, rechercher une harmonie, une esthétique, donner une orientation, un style, transmettre l’essence de sa personnalité. Cela nécessite, comme chaque fois que l’on construit, que l’on produit ou que l’on donne vie, d’agir toutefois avec humilité, de croire en soi tout en remettant en question ses acquis pour chaque nouvelle expérience. C’est se tenir en retrait pour mettre en valeur, se laisser conduire pour mieux guider, s’exprimer au plus juste pour favoriser l’expressivité des autres. C’est penser autant aux artistes qu’au public. C’est faire oeuvre de création, au même titre que l’adaptateur, l’arrangeur musical ou le scénographe. Directrice artistique est l’un des beaux métiers qu’exerce Alexandra Cardinale, en plus d’être artiste et productrice, ceci pouvant expliquer cela… Elle met sa sensibilité et son exigence au service de la danse, de sa diffusion, de sa promotion et les montages chorégraphiques qu’elle conçoit, sont de haute technicité et portent désormais sa signature en filigrane. » Blandine Harmelin Directrice Artistique Groupe Lucien Barrière

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

à BIARRITZ

DIMANCHE 24 MAI 2015 – 15H

> LA SEMAINE DU PAYS BASQUE GALA D ETOILES BIARRITZ 2015 LA SEMAINE DU PAYS BASQUE copy Année : 2007 Chorégraphie : Julien Lestel Musique : Max Richter Après le magnifique Puccini, Julien Lestel propose sa nouvelle chorégraphie, une mise en abyme où l’on découvre le travail du chorégraphe qui interprète son propre rôle avec ses danseurs. Le spectateur est partie prenante du processus de création de l’œuvre à laquelle il assiste. L’interprète met son âme à nu en poussant ses limites toujours plus loin et la performance technique, toujours présente, trouve son véritable sens dans une virtuosité contrôlée.
Création : 2015
Chorégraphie : Benjamin Millepied
Musique : Philip Glass


Pas de Deux créé par Benjamin Millepied pour Aurelie Dupond et
Hervé Moreau, Danseurs Étoiles de l’Opéra National de Paris. Ce duo
fut donné pour la première fois sur la scène du Palais Garnier en janvier
2015. Chorégraphie : Attilio Labis
Musique : Aram Khatchatourian


Attilio Labis, considéré comme l’un des plus grands chorégraphes français du 20e siècle, nous offre l’une de ses chorégraphies les plus lyriques.

Sur une musique d’une rare intensité dramatique il illustre parfaitement la puissance et la force qu’une femme peut avoir sur un homme. Un seul geste et un seul regard suffiront à la jeune femme pour que le grand guerrier Spartacus ne parte pas au combat mais reste à ses côtés pour l’aimer. Année : 2007
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Maurice Ravel

Cette chorégraphie féline et sensuelle nous fait découvrir un danseur face à lui-même. Sa danse exprime son intériorité et nous entraîne dans son imaginaire. Mi-homme, mi-animal, il vient d’un ailleurs : sorte de personnage fantastique qui pourrait surgir de la mer ou du désert. On le perçoit, tour à tour, dans la mi-ombre ou baigné de lumière dans ce ballet intime et intemporel.
Création : 2016
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Max Richter – Philippe Rombi


Dans un espace nu et désert sculpté par une lumière graphique,
un couple se retrouve et nous fait partager leurs émotions intimes.
Le spectateur est libre d’imaginer leur histoire. La danse dévoile la
pureté des lignes des corps des danseurs avec intensité et profondeur.
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Philipp Glass


Six danseurs rassemblés dans un espace nu et désert sculpté par la lumière nous livrent une danse puissante et énergique. Sextet révèle le spectateur à son propre imaginaire grâce aux perceptions et aux émotions qu’il éprouvera face à une multiplicité d’images. Chorégraphie : d’après Leonid Lavrovski
Musique : Sergueï Prokofiev

En 1934, à la demande du Ballet de Kirov (aujourd’hui Mariinsky) de Leningrad, Sergueï Prokofiev entame la composition de Roméo et Juliette, achevée l’année suivante. Refusée par le commanditaire initial, Prokofiev propose ensuite l’oeuvre au Bolshoi. Les artistes de la célèbre compagnie moscovite la jugèrent impossible à danser, et ce n’est qu’en 1938 que Roméo et Juliette est enfin créé, à Brno (République Tchèque).
En 1940, le Kirov révise sa position, et l’ouvrage y est donné pour la première fois en Russie avec la chorégraphie de Leonid Lavrovski, qui passera à la postérité. D’autres versions du ballet feront également date, telle celle de Kenneth MacMillan (Londres, 1965) et de Rudolf Noureev (Londres, 1977 puis Paris, 1984). Chorégraphie : Sébastien Bertaud
Musique : Felix Mendelssohn

Costume : Olivier Rousteing, Balmain


Crée à l’Opéra Garnier en juin 2017, Renaissance de Sébastien Bertaud, met en scène les Etoiles et les jeunes talents de l’Opéra de Paris sur le Concerto pour violon n°2 de Mendelssohn. Pour cette création, Sébastien Bertaud a choisi Olivier Rousteing, directeur artistique de la maison Balmain, pour dessiner l’ensemble des costumes, célébrant ainsi la relation privilégiée entre mode et danse et perpétuant une longue tradition de collaborations entre l’Opéra et les plus grands créateurs.

« À travers Renaissance, j’ai souhaité rendre hommage au raffinement de l’École de danse Française, de Louis XIV à nos jours, de Versailles à l’Opéra Garnier, en l’associant au style opulent et résolument actuel d’Olivier Rousteing pour Balmain. Mon ambition est d’apporter un regard générationnel, afin de rendre hommage au Ballet de l’Opéra National de Paris institution culturelle dirigée par Aurélie Dupont. Pour moi, créer en danse classique aujourd’hui c’est faire vivre un héritage culturel. Avec l’envie d’amener de nouveaux publics vers le ballet, et de l’inscrire dans notre époque.» Sébastien Bertaud. Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Sergeï Rachmaninov, extrait du concerto piano n.2, fin du 2ème mouvement
Avec : Zélie Jourdan et Florent Cazeneuve
Ce duo empreint de subtilité et de délicatesse est le reflet du retour à la vie du compositeur Sergeï Rachmaninov suite à la forte dépression qu’il a subi. Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Philipp Glass

Un couple de danseur comme deux aimants se livrent à une danse électrique sans retenue. Création : 2014
Musique : Giacomo Puccini
Chorégraphie : Julien Lestel


Manon Lescaut, La Bohème, Tosca, Madame Butterfly… les héroïnes du compositeur Giacomo Puccini, au destin souvent tragique, sont en scène sur les plus beaux arias. Cette chorégraphie est un hommage à l’opéra et particulièrement à cet illustre compositeur disparu il y a 90 ans.

En résonnance à ces airs connus de tous, des oeuvres symphoniques illustrent ainsi la maîtrise de l’orchestration exceptionnelle de Puccini, aux multiples innovations harmoniques. Année : 2018
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Martin Palmeri


Avec les danseurs de la Compagnie et Alexandra Cardinale, artiste invitée


Cette Misatango est composée sur les mêmes mouvements qu’une messe en latin classique, à laquelle se mêlent les harmoniques et les rythmes syncopés du tango.
Créée en 1996, la Misatango (« Messe à Buenos Aires ») connaît un succès planétaire : jouée en 2013 au Vatican en l’honneur du Pape François, au Carnegie Hall de New York en avril 2016 et enregistrée en France par Michel Piquemal. Martín Palmeri compose une musique brillante et forte qui transcende le répertoire vocal sacré par l’apport des traditions musicales latino-américaines, tout particulièrement celles de son pays d’origine : l’Argentine.

Ici, la chorégraphie est teintée également de deux couleurs. Elle est empreinte tout à la fois de profonde spiritualité et de grande sensualité. Cette dualité est traduite par une succession de solos, de duos et d’ensembles. La gestuelle est tour à tour iconique, exprimant le recueillement et la recherche de transcendance, mais aussi très charnelle, exprimant alors volupté et liberté des corps évoluant dans des mouvements amples et puissants. MisaTango est une mise en exergue chorégraphique de la création originale du compositeur argentin.

  Année : 2018
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Astor Piazzola


Avec : Alexandra Cardinale et Julien Lestel

Dans les années 1960, Piazzolla composa quatre oeuvres connues sous le nom de « série de l’ange», dont certaines étaient destinées à une pièce de théâtre de son compatriote Alberto Rodríguez Muñoz. La milonga est une danse du XIXe siècle, antérieure au tango, dont elle se distingue par son intériorité et par son tempo plus lent, rappelant celui de la habanera. Il se dégage de la langoureuse Milonga del Ángel (1965) un charme incomparable, avec un léger parfum de swing.

Un duo sur l’appel du désir et l’émotion intérieure qu’il suscite. À l’occasion d’une rencontre furtive, deux êtres, une femme et un homme, expriment leur intériorité dans une gestuelle sensuelle et envoûtante

Pas de Deux du Cygne Blanc, acte II,
Pas de Trois du Cygne Noir, acte III,
Pas de Deux du Cygne Blanc, acte IV


Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski


Le Lac des Cygnes reste le ballet le plus joué au monde, plus d’un siècle après sa création. Piotr Ilitch Tchaïkovski, en s’inspirant d’éléments de sa vie personnelle pour composer son oeuvre, révolutionnera l’approche de la musique classique.

Il faudra cependant attendre dix‐neuf ans pour que ce ballet donne lieu à une première chorégraphie, par Marius Petipa (1895). Puis, en 1984, c’est Rudolf Noureev qui en donnera sa propre vision. Dans ce ballet en trois actes, les danseurs nous font vivre le fol amour du Prince Siegfried pour la princesse Odette, condamnée par le vil sorcier Von Rothbart à se transformer en cygne le jour, et à redevenir femme la nuit. Apprenant cette malédiction, le Prince Siegfried fera tout pour briser le sort en se mariant avec Odette. Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Claude Debussy

Sous forme d’un duo, cette chorégraphie reflète l’atmosphère du poème de Stéphane Mallarmé qui a inspiré le compositeur Claude Debussy. La gestuelle se révèle puissante et sensuelle, voire érotique. Un danseur incarne un faune sous une chaleur ardente, monologuant entre rêves et souvenirs d’amour de nymphes, dans un temps suspendu. Une danseuse interprète une nymphe évoquant le rêve du faune et éveille ainsi l’éternelle essence du désir, alternant passion charnelle et pureté idéale. Au son magique de la flûte traversière qui chante le thème du faune, les danseurs évoluent dans un style moderne épuré jusqu’aux dernières notes éparses. Chorégraphie : Marius Petipa
Musique : Riccardo Drigo, Léon Minkus

Le Corsaire est un ballet créé en 1856 à Paris, par Joseph Mazillier sur un poème de Lord Byron. Marius Petipa en propose une nouvelle version en 1899 à Saint-Pétersbourg.
En 1962, Rudolf Noureev et Margot Fonteyn reprennent le Pas de Deux dans lequel se mêlent virtuosité et élégance. De nombreuses troupes ont proposé de nouvelles relectures de cette oeuvre. Si le ballet complet n’est au répertoire que de quelques compagnies, le célèbre Pas de Deux entre Medora et Conrad est au répertoire de toutes les troupes du monde. Chorégraphie : Michel Fokine
Musique : Camille Saint-Saëns


Michel Fokine est un chorégraphe des Ballets Russes de Diaghilev, il crée en 1905 le solo « La Mort du Cygne » pour la ballerine Anna Pavlova. Ce succès du répertoire classique retrace les derniers instants du cygne, son dernier souffle avant de s’abandonner à la mort. Le thème de la mort du mouvement influence nombre de chorégraphes contemporains.

Black Pas de Deux


Année : 1978
Musique : Frédéric Chopin
Chorégraphie : John Neumeier


La Dame aux Camélias de John Neumeier a été créé par le Ballet de Stuttgart en1978, et figure aujourd’hui au répertoire de nombreuses compagnies de réputation internationale : l’Opéra de Paris, bien sûr, mais aussi l’American Ballet Theater, le Bayerisches Staatsballett, la Scala de Milan et bien évidemment le Ballet de Hambourg, troupe que Neumeier dirige depuis quarante ans.

La chorégraphie est une adaptation fidèle du célèbre roman d’Alexandre Dumas fils. Le «Black-pas de deux», selon la terminologie consacrée (allusion à la robe noire que porte l’héroïne), se situe au troisième et dernier acte du ballet. Marguerite Gautier – dont la première incarnation fut Marcia Haydée – se sait condamnée par la maladie qui la ronge, et tente de reconquérir Armand Duval, qu’elle a rencontré par hasard lors d’une promenade sur les Champs-Élysées. Elle parvient à arracher une dernière nuit à son ancien amant, mais elle l’abandonne avant son réveil. Blessé dans son orgueil, Duval se vengera à l’occasion d’un grand bal ; il remet publiquement à Marguerite une enveloppe remplie de billets de banque, pour prix de ses services, la traitant ainsi en prostituée.

Neumeier utilise pour La Dame aux Camélias des musiques de Chopin, son compositeur de prédilection. Le «Black-pas de deux» prend ainsi assise sur la Ballade en sol mineur op. 23, au caractère très élégiaque.

Le Mariage d’Aurore, acte III


Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Piotr Ilyitch Tchaikovski


« Ballet des ballets », comme le qualifiait Rudolf Noureev, La Belle au Bois Dormant demeure un des joyaux du patrimoine de la danse. Créé en 1890 au Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, il est l’oeuvre conjuguée du chorégraphe Marius Petipa et du compositeur Tchaikovski. S’inspirant du conte de Charles Perrault, ils conçoivent un « ballet féerie » où s’entremêlent le rêve et la réalité, où fées et marraines, forces du Bien et du Mal se disputent le sort de deux jeunes gens. Année : 1987
Musique : Thom Willems
Chorégraphie : William Forsythe


In the Middle, Somewhat Elevated a été conçu par William Forsythe pour le Ballet de l’Opéra National de Paris à la demande de Rudolf Noureev, et créé le 29 mai 1987 par une pléiade de célébrités de la danse française : Sylvie Guillem, Isabelle Guérin, Karin Averty, Manuel Legris et Laurent Hilaire. Le titre, d’apparence incongrue («Au milieu, quelque chose en hauteur»), fait, selon Forsythe, référence au seul élément de décor requis par la scénographie, deux cerises géantes, de couleur dorée, suspendues aux cintres. Sur une musique de son complice de toujours, le compositeur néerlandais Thom Willems, Forsythe conçoit une chorégraphie abrupte et physique, qui s’est aujourd’hui imposée comme un véritable «classique» du répertoire de l’Opéra de Paris. Année : 2014
Chorégraphie : William Forsythe
Musique : Thom Willems

La pièce « Herman Schmerman » est créée en mai 1992 avec uniquement le Pas de cinq par le New York City Ballet, dans le cadre de The Diamond Project (manifestation créée par Irene Diamond Fund.
pour présenter le travail de jeunes chorégraphes). En septembre 1992, l’oeuvre est donnée à l’Opéra de Frankfurt et William Forsythe y ajoute un Pas de deux. Hannah O’Neill et Hugo Marchand sont choisis par le chorégraphe pour l’entrée de la pièce au Répertoire de l’Opéra National de Paris en avril 2017. Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Karol Beffa

Ce ballet créé pour onze danseurs fut présenté au Théâtre des Champs Élysées en juin 2011. Julien Lestel tend à décrire les affrontements de l’âme et du corps, conduisant à un équilibre suprême, constamment fragile. In fine, la substance spirituelle l’emporte toujours sur la matière charnelle. La gestuelle est à la fois, puissante, terrienne, mais aussi subtile et délicate dans une finesse transparente. Chorégraphie : Victor Gsovsky
Musique : Daniel François – Esprit Auber

Victor Gsovsky (1902–1974), chorégraphia le Grand Pas Classique sur un extrait du Dieu et la Bayadère, ballet de Philippe Taglioni créé à l’Opéra de Paris en 1830, sur une musique d’Aubert. Yvette Chauviré et Wladimir Skouratoff furent les premiers interprètes de ce Grand Pas au Théâtre des Champs-Élysées (le 12 novembre 1949), que Victor Gsovsky avait conçu comme un hommage à la danse française.

Pas de Deux de l’acte II


Chorégraphie : d’après Jean Coralli et Jules Perrot,
livret Théophile Gautier
Musique : Adolphe Adam

Chef-d’oeuvre du répertoire romantique, Giselle est un ballet aérien et intemporel sur l’amour éternel. Au deuxième acte, rongé par le remords et la culpabilité, Albrecht erre dans les bois à la recherche de la tombe de Giselle afin de s’y recueillir. Contre toute attente, la jeune fille se présente à lui sous les traits d’une « wili », un fantôme de jeune fille, morte pour avoir trop aimé la danse ou disparue à la fleur de l’âge sans avoir assez satisfait cette folle passion. Hélas ! dès que l’aube pointe, – après
avoir dansé ensemble un émouvant et poétique Pas de Deux où Giselle semble véritablement flotter dans les airs – l’impondérable wili rejoint son royaume nocturne et Albrecht se retrouve seul, hanté par ses tourments. Hommage à Charles Aznavour
Année : 2010
Chorégraphie : Vincent Chaillet
Paroles : Charles Aznavour

Charles Aznavour, grand homme de la chanson française, est un chanteur intemporel, il nous étonne encore et toujours. Vincent Chaillet interprète cette chanson en établissant un véritable dialogue avec le public, une gestuelle narrative qui requiert une très grande maîtrise de la danse contemporaine. Année : 2012
Chorégraphie : Julien Lestel
Musique : Max Richter

Au travers d’une écriture chorégraphique délicate et aiguisée, le spectateur est emmené dans une ambiance intemporelle. Cette pièce de quinze minutes pour cinq danseurs sur des musiques de Max Richter nous plonge dans un univers abstrait, énigmatique et poétique.
Quatre hommes rassemblés dans un espace nu et désert évoluent ensemble. Ils ont tous un lien particulier avec la femme qui les rejoindra. On peut imaginer que l’un représente une de ses histoires passées, l’autre son histoire présente tandis que les deux autres seront peut-être dans son futur.
Chorégraphie : Francois Mauduit
Musique : Gilbert Becaud


Et maintenant est une chanson composée et interprétée par Gilbert Bécaud en 1961 ; les paroles sont de Pierre Delanoë.
Le thème de la chanson est celui d’un amour déçu : le désespoir et la révolte vont en crescendo (de même que la musique) et cela jusqu’au tragique dernier vers :  » Je n’ai vraiment… plus rien ! « 

Pas de Deux


Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Cesare Pugni

Inspiré du célèbre roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, Esmeralda fut présenté pour la première fois par le Ballet du Her Majesty’s Theatre à Londres en 1844.
Pour ce qui est du Pas de Deux du 3ème acte, c’est celui qu’on appelle couramment le « Pas de Deux du tambourin ». Il s’agit d’un Pas de Deux souvent donné dans les galas ou les concours car c’est un morceau très brillant truffé de difficultés techniques. Année : 2010
Chorégraphie : Kader Belarbi
Musique : Gabriel Fauré


Ce duo explore les liens entre un homme et une femme. Que se passe-t-il entre un homme et une femme ? Quel lien peut jouer la danse dans cette relation ? Dans cette pièce, Kader Belarbi, Danseur Étoile de l’Opéra National de Paris, chorégraphe et récemment nommé Directeur de la Danse au Théâtre du Capitole à Toulouse, propose d’étudier les relations au sein du couple. Chorégraphie : Julien Letsel
Musique : Jóhann Jóhannsson

Dream nous entraîne là où logent nos désirs les plus enfouis et les plus secrets. Rêves inavoués, pulsions et passions inassouvies trouvent à s’exprimer dans ce duo propice à l’imagination.

Pas de Deux, acte III


Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Léon Minkus

Représenté pour la première fois au Théâtre Bolshoi de Moscou le 14 décembre 1869, inspiré du roman de Cervantès, Don Quichotte est l’une des oeuvres les plus prestigieuses de l’histoire de la danse classique.
Interprété par les plus grandes stars de ballet, Don Quichotte est l’un des sommets dans l’art de la danse. Le ballet mêle l’intrigue amoureuse de la jeune Kitri et du barbier Basilio à l’odyssée du « chevalier à la triste figure ».
Don Quichotte, un vieux chevalier excentrique obsédé par l’idéal de la chevalerie, est hanté par la vision d’un amour utopique, Dulcinée. Le ballet est composé d’épisodes célèbres comme la rencontre avec les comédiens ambulants, la bataille contre les moulins à vent et le célèbre « Pas de Deux » de Basilio et Kitri, plein de virtuosité, devenu cheval de bataille pour les Étoiles classiques.
Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Ricardo Drigo


En 1886, Petipa ajouta un nouveau pas de deux, mis en musique par Riccardo Drigo, dans sa production de L’Esméralda de Pugni pour le Ballet Maryinsky, nouveau nom donné au Ballet Impérial Russe. Ce pas de deux s’inspirait du mythe grec d’Artémis ( le prédécesseur de la Diane romaine), sous son aspect de déesse vierge de la chasse, et Actéon, un héros Thébain. Selon les Métamorphoses d’Ovide, Actéon, parti chasser, surpris Artémis, alors qu’elle se baignait dans une source. Outrée et gênée de l’avoir vue nue, elle le punit en le privant de l’usage de la parole et en le transformant en cerf, avec ses bois et son épaisse toison.
Année : 2003
Chorégraphie : José Martinez
Musique : Léo Delibes
Costume : Agnès Letestu

José Martinez, Danseur Étoile de l’Opéra National de Paris, chorégraphe et récemment nommé Directeur de la Compagnie Nationale de Danse de Madrid a remporté le Prix Benois de la Danse 2009, dans la catégorie Chorégraphes.
Dans cette pièce, José Martinez s’amuse avec les codes classiques,
la construction du Pas de Deux et amène une pointe d’humour à ces instants de bravoure portés par un danseur et une ballerine.
Chorégraphie : Rudolf Noureev
Musique : Sergueï Prokofiev


Cendrillon est un ballet en trois actes composé par Serge Prokofiev entre 1941 et 1944. Le théâtre Mariinsky pressent Prokofiev pour composer la musique de Cendrillon après le succès de son Roméo et Juliette. Le ballet de Prokofiev a donné lieu à de multiples versions et chorégraphies. Noureev reprend le ballet à l’Opéra de Paris le 25 octobre 1986, avec Sylvie Guillem dans le rôle titre alors qu’il n’était pas encore inscrit au répertoire de l’Opéra de Paris.
Version radicalement nouvelle du vieux conte de fées, Noureev, ardent cinéphile, transpose le conte de Perrault dans le Hollywood des années 1930.

Pas de Deux de l’acte II


Chorégraphie : d’après Marius Petipa
Musique : Piotr Ilitch Tchaïkovski


Le ballet Casse-Noisette est le fruit d’une collaboration entre le compositeur Piotr Ilitch Tchaïkovski et le maître de ballet français Marius Petipa. Ballet en deux actes composé en 1892, il est joué pour la première fois au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg le 6 décembre de la même année.
Casse-Noisette caractérise le ballet « fin de siècle »,
particulièrement celui de la cour des tsars où il était traité en divertissement somptueux. La présence d’un français comme chorégraphe et maître de ballet à la cour n’a rien d’étonnant. Depuis longtemps, la France exportait dans toute l’Europe ses danseurs et danseuses. Très à l’aise dans le style féérique, Petipa a proposé lui-même à Tchaïkovski le sujet de Casse-Noisette. Année : 2015 Musique : Maurice Ravel Chorégraphie : Julien Lestel Sur la célèbre partition de Maurice Ravel, composée pour un ballet en 1928, la chorégraphie fait écho à cette oeuvre constituée d’un thème et d’un contre-thème soutenus par un crescendo orchestral ininterrompu. Grâce aux mouvements fluides et sensuels, la danse répond à la musique et l’on peut apprécier le talent de chacun ainsi qu’une homogénéité dans la dynamique d’ensemble. Inspirée de thèmes hispano-arabes, la mélodie transporte la danse dans un univers intemporel où les danseurs se laissent emporter dans la rythmique hypnotisante. Subtil et délicat, le mouvement fait place à une gestuelle puissante provoquée par une émulation collective. Chaque danseur, successivement, entre dans ce tourbillon envoûtant en s’abandonnant à une chorégraphie très physique, voire charnelle.

Violoncelliste

Mathilde Sternat commence ses études musicales au Conservatoire National de Région de Douai, où elle obtient une médaille d’or de musique de chambre. Puis elle se perfectionne avec Étienne Péclard à l’École Nationale de Musique d’Aulnay-sous-Bois (93), où elle obtient un Premier Prix de violoncelle. Elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans les classes de violoncelle et de musique de chambre de Roland Pidoux. Elle est récompensée par un Premier Prix de musique de chambre puis un Premier Prix de violoncelle. Elle se perfectionne alors en Cycle de formation supérieur de musique de chambre dans la classe de Christian Ivaldi. Mathilde Sternat participe à de nombreux concerts, tant en orchestre de chambre en France et à l’étranger (Salzbourg Chamber Solist Orchestra, European Chamber Orchestra), qu’en orchestre symphonique (Orchestre Philharmonique de Montpellier, violoncelle solo remplaçant, Orchestre Symphonique de Tours, Orchestre Lyrique de Tours, violoncelle solo). Elle se produit régulièrement en musique de chambre : sonate violoncelle / piano, trio à cordes et en quatuor à cordes « Travelling Quartet ». Elle a enregistré aux côtés de Jean-Pierre Rampal, Régis et Bruno Pasquier, Roland Pidoux, l’intégrale des quintettes à deux violoncelles de Boccherini (mai 1996), enregistrement nommé aux Victoires de la Musique Classique 1999.

Violoncelliste

Miwa Rosso est originaire de Nice, où elle étudie le piano ainsi que le violoncelle. Après avoir obtenu ses diplômes de violoncelle au Conservatoire National Supérieur de Lyon et de Paris, attirée par de nombreux horizons, elle continue ses études à Londres à la Guildhall School of Music and Drama, ainsi qu’à Trieste en Italie, en duo avec piano. Invitée à jouer dans l’orchestre de l’Opéra National de Paris depuis 2003, elle participe à de nombreuses productions et noue ainsi une étroite relation avec l’art lyrique et celui de la danse. Parallèlement elle collabore en studio et sur scène avec de nombreux compositeurs de musiques de films, de comédies musicales et pour des albums de nombreux chanteurs populaires. Passionnée de musique de chambre elle crée le duo piano et violoncelle Leos, avec lequel elle joue des créations contemporaines ainsi que le répertoire dédié à cette formation, dans laquelle peuvent se joindre danseurs, conteurs ou chanteurs, son élan profond étant de réunir les différents arts du spectacle.

Violoncelliste

Laetitia Himo, violoncelliste française d’origine corse est remarquée très jeune par de prestigieux professeurs du Conservatoire de Moscou où elle ira poursuivre ses études durant 8 ans. Elle est l’une des élèves privilégiées du Maître Rostropovitch. Elle se perfectionne ensuite à la Juilliard School de New-York et remporte le grand prix « Concert artists guild » de New-York. Elle se produit dans le monde entier avec les orchestres et chefs les plus réputés. Son jeu de violoncelle considéré comme exceptionnel, extrêmement expressif, allié d’une technique impressionnante et d’une pureté de son très émouvante, fait l’admiration de tous.

Violoncelliste

Médaille d’or du Conservatoire de Douai, elle entre en 1991 dans la classe de Monsieur Gamard au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Elle y obtient un Premier Prix de Violoncelle en 1995 ainsi qu’un Premier Prix de Musique de Chambre. Elle se perfectionne ensuite en Musique de Chambre au Conservatoire National de Paris dans la classe du Quatuor Ysaÿe. De 1992 à 1996, elle a intégré l’Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne. Cette expérience lui a permis de connaître la direction de chefs prestigieux et a forgé son goût pour le métier d’orchestre. Depuis 1995, elle intervient dans les plus grands orchestres français, dont l’Orchestre National de France, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio France et l’Opéra de Paris.

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Formé à Milan, il étudie plusieurs disciplines : classique, contemporain, moderne, acrobatie, hip hop. Il danse dans la production de Casanova de Pierre Cardin et rejoint la Compagnie Julien Lestel où il danse Constance, Corps et Âmes en 2011 créé au Théâtre des Champs-Élysées, Le Sacre du Printemps, Fragments créés en Nouvelle-Calédonie au Centre culturel Tjibaou,Les Âmes Frères en 2012, puis La Paix des Étoiles, nouvelle création dans le cadre de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture 2013.

Danseur soliste – Maître de Ballet Compagnie Julien Lestel

Ballet National de Marseille (1999-2011)

Ballet de l’Opéra National de Paris (1992-1998)

Formé à l’École de Danse de l’Opéra de Paris dirigée par Claude Bessy, il travaille avec Serge Golovine, Daniel Franck, Lucien Duthoit et Gilbert Mayer. Il est engagé ensuite dans le Corps de Ballet de l’Opéra sous la direction de Patrick Dupond puis de Brigitte Lefèvre. Il est Quadrille puis promu Coryphée. Il danse les chorégraphies de Rudolph Noureev, Petipa, Bournonville, Balanchine, Graham, Cunningham, Bagouet et travaille avec Patrice Bart, John Neumeier, Angelin Preljocaj, Carolyn Carlson, Roland Petit qui le choisissent pour leurs créations. Il rejoint ensuite les ballets de Zurich où il danse les chorégraphies de Van Manen et Spoerli. Il est ensuite engagé danseur soliste au Ballet National de Marseille sous la direction de Marie-Claude Pietragalla puis de Frédéric Flamand. Parallèlement en Juillet 2006, Gilles Porte participe à la création de la Compagnie Julien Lestel en tant qu’interprète et assiste celui-ci dans toutes ses créations.

Danseur soliste Compagnie Julien Lestel

Après des formations suivies à l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille puis à l’École Supérieure de Danse de Cannes Rosella Hightower, il intègre le Junior Ballet Conservatoire National Supérieur de Paris et obtient un prix d’interprétation dans Les Centaures d’Angelin Preljocaj. Il est ensuite engagé dans la Compagnie de danse Hallet Eghayan puis rejoint la Compagnie Julien Lestel où il danse Corps et Âmes en 2011, Le Sacre du Printemps, Fragments créés en Nouvelle-Calédonie au Centre culturel Tjibaou, Les Âmes Frères en 2012, puis La Paix des Étoiles, nouvelle création dans le cadre de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture 2013.

Ballet du Capitole de Toulouse

Né à Cannes, Philippe Solano étudie la danse classique au Centre Choréa Danse de Grasse sous la direction de Claudine Andréo, une période pendant laquelle il remporte plusieurs médailles d’or dans de nombreux concours. A l’âge de 17 ans, il intègre la jeune compagnie Europa danseoù il dansera le rôle titre dans « Mercure » de Thierry Malandin, « Pulcinella » de Ana María Steckelman ainsi que « Parade » de Léonide Massine. Il rejoint ensuite le Ballet de l’Opéra National de Bordeaux et y dansera quelques ballets du repertoire classique de Charles Jude. Lauréat du célèbre concours international Youth America Grand Prix, il se verra recevoir des bourses d’études en Amérique du Nord telles qu’au San Francisco Ballet school ainsi qu’à Jacob’s Pillow. C’est à l’issue de ces opportunités qu’il se fait remarquer par Nina Ananiashvili, pour intégrer en tant que soliste et à seulement 19 ans le Ballet National de Géorgie à Tbilissi. Il y dansera de nombreux rôles dans des grands ballets du répertoire tels que « Tarantella » de George Balanchine, « Casse-Noisette », « Giselle » ou « Le Lac des Cygnes » de Alexeï Fadeyechev et aussi « Dreams about Japan » de Alexeï Ratmansky. C’est en 2012 qu’il se fait connaitre du grand public en participant à l’émission télévisée La Meilleure Danse sur M6 en finissant à la 2ème place. Il poursuit sa carrière de danseur chez Angel Corella Balletà Barcelone où il fera une grosse tournée aux Etats-Unis puis entre dans la prestigieuse compagnie du Ballet de l’Opéra National de Paris sous la direction de Brigitte Lefèvre pendant deux années. En 2014 il retourne en Espagne, cette fois-ci à Madrid, dans la célèbre compagnie du chorégraphe Victor Ullate et y interprètera ses grands ballets dont « Jaleos », « Samsara », « El Sur », « Amor Brujo » et « Bolero ». Depuis 2015, il fait partie du Ballet du Capitole de Toulouse sous la direction de Kader Belarbi, où il sera rapidement promu demi-soliste. On lui donnera l’opportunité de danser des seconds rôles mais aussi des premiers rôles tant classiques que néo-classiques ou contemporains dans des ballets de grands chorégraphes comme Rudolf Noureev, Roland Petit, Angelin Preljocaj, William Forsythe, Oleg Vinogradov, Maurice Béjart, Cayetano Soto et Kader Belarbi. Le 1er Mars 2019, il sera promu au rang de Soliste au Ballet du Capitole. En parallèle de sa carrière de danseur, Philippe Solano est aussi invité en tant que professeur de danse classique dans les écoles de danse et festivals ainsi que dans plusieurs Galas.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Fabien Révillion entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en janvier 1997. Il est engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2003, est promu Coryphée en 2007, puis Sujet en 2009 à l’issue du concours interne. Il reçoit le Prix du Public de l’AROP en 2011. Depuis son entrée dans la compagnie, il participe à de nombreuses productions classiques du répertoire : les ballets de Rudolf Noureev, Giselle (d’après Jean Coralli et Jules Perrot), Coppélia (Patrice Bart), La Dame aux Camélias (John Neumeier), Ivan le Terrible (Louri Grigorovitch)… Il est également distribué dans Glass Pieces de Jerome Robbins ainsi que dans les créations Amoveo (Benjamin Millepied, 2006), Genus (Wayne McGregor, 2007) et L’Anatomie de la Sensation (Wayne McGregor, 2011). En tant que soliste, il participe aux soirées « Jeunes danseurs » du Ballet de l’Opéra (2009) et il se produit à l’international dans le cadre de tournées officielles de la compagnie.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Jérémy-Loup Quer entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2003 à seulement 10 ans. Il suit ses classes et profite de la formation d’éminents professeurs. Il intègre le Corps de Ballet de l’Opéra en 2011 à l’âge de 18 ans. Il participe aux productions classiques : Cendrillon (Rudolf Noureev), La Fille Mal Gardée (Frederick Ashton), Don Quichotte (Rudolf Noureev), Roméo et Juliette (Sasha Waltz), La Belle au Bois Dormant (Rudolf Noureev). Mais aussi aux productions contemporaines comme Kaguyahime (Jiri Kylian) ou L’Oiseau de Feu (Maurice Béjart). Il participe aux tournées de l’Opéra notamment au Japon, aux États-Unis ou en Russie.Il est promu Coryphée en 2012. Jérémy- Loup Quer participe en couple avec Hanna O’Neill au Concours International de Varna en juillet 2014. Il obtient la médaille de Bronze. En 2016, il reçoit le Prix Carpeaux. Lors du Concours de promotion en novembre 2015, il est élevé au grade de Sujet.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Marc Moreau entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1988. Il y suit toutes ses classes, participe aux démonstrations, aux spectacles annuels ainsi qu’aux tournées (France, Allemagne). Il danse son premier rôle de soliste dans Play Bach (Claude Bessy). Engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2004 à l’âge de 17 ans, il est promu Coryphée en 2008 puis Sujet en 2010, à l’issue du concours annuel du Ballet. Il reçoit le Prix de l’AROP en 2010. Depuis son entrée dans la compagnie, il participe à de nombreuses productions du répertoire en tant que soliste. Dans le cadre des tournées officielles de la compagnie à l’étranger, Marc Moreau s’est déjà produit en Chine, au Japon, en Russie et en Australie. A l’issue du Concours de Promotion interne 2018, il est nommé Premier Danseur.

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Hugo Marchand commence la danse à 9 ans au Conservatoire National de Nantes. Après avoir obtenu sa médaille d’or au CNR a? 13 ans, il intègre l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2007. Il suit ses classes et profite de la formation d’éminents professeurs (Marie-José Redont, Bernard Boucher, Eric Camillo, Jacques Namont,…). Il intègre le Ballet de l’Opéra de Paris en 2011 à l’âge de 17 ans. Il participe à de nombreuses productions classiques : Cendrillon (Rudolf Noureev), La Source (Jean-Guillaume Bart), La Fille Mal Gardée (Frederick Ashton), Don Quichotte (Rudolf Noureev), Les Enfants du Paradis (José Martinez) en tournée au Japon. Mais aussi à de nombreuses productions contemporaines comme Kaguyahime (Jiri Kylian), La Troisième Symphonie de Malher (John Neumeier), et Signes (Carolyn Carlson). Il se produit régulièrement lors de galas ou en France mais aussi à l’étranger où il danse les grands Pas de Deux du répertoire de l’Opéra. Il est promu Coryphée en novembre 2013. En juillet 2014, il remporte la médaille de Bronze au concours de Varna et est invité en Guest Étoile à Sofia. Il reçoit en octobre le Prix Carpeaux 2015. Lors du Concours de promotion en novembre 2015, il est élevé au grade de Premier Danseur. Il est nommé Danseur Etoile par Madame Aurélie Dupont au Japon lors de la représentation de La Sylphide le 4 mars 2017. Il est honoré en mai 2017 du prix international Le Benois de la Danse pour son rôle dans Roméo et Juliette de Rudolf Noureev.

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Germain Louvet commence la danse à 4 ans au Conservatoire National de région de Chalon-sur-Saône. Il intègre l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2005 et y suit toute ses classes jusqu’en 2011. Il est engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en tant que Quadrille en septembre 2011 puis il accède au grade de Coryphée en novembre 2013. Il est lauréat du Prix du Cercle Carpeaux en 2013. Il est promu Sujet en 2014. Il a participé aux grands ballets du répertoire, de Rudolf Noureev à Carolyn Carlson en passant par Georges Balanchine, Serge Lifar, Adolf Adam, John Neumeier, Frederick Ashton, Pierre Lacotte, José Martinez… et a participé aux tournées officielles en Australie, au Japon, en Russie. Benjamin Millepied, alors Directeur du Ballet de l’Opéra le choisi pour ses créations. A peine promu Premier Danseur en novembre 2016, Germain Louvet est nommé Danseur Etoile par Madame Aurélie Dupont lors de la représentation du Lac des Cygnes le 28 décembre 2016.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Yannick Bittencourt commence la danse en Suisse à l’AS Ballettschule et poursuit sa formation à l’École de Danse de l’Opéra de Paris, puis à la Royal Ballet Upper School de Londres qu’il intègre grâce au concours de Lausanne. En 2007 il est invité par l’American Ballet Theatre Studio Company pour danser de nombreux rôles principaux. Admis en 2007 dans le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris, il est promu Coryphée en 2008 puis Sujet en 2010. Il se voit dès lors distribué en tant que soliste sur les rôles de « Phostorn » et « Couple Lyrique » dans La Troisième Symphonie de Gustav Mahler (J. Neumeier), « James » dans La Sylphide (P. Lacotte), « Paris » et « Benvolio » dans Roméo et Juliette, « Les Pierres Précieuses » dans La Belle au Bois Dormant (R. Noureev) et dans la création de Wayne McGregor. Il est invité pour participer au Gala des Benois de la Danse au Théâtre du Bolchoï à Moscou.

Directeur Chorégraphe Compagnie Julien Lestel

Danseur Étoile du Ballet National de Marseille (1999-2011)

Ballet de l’Opéra National de Paris (1993-1998)

Formé à l’Ecole de Danse du Ballet de l’Opéra National de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix, Julien Lestel travaille ensuite avec Rudolph Noureev qui lui propose de danser Cendrillon au Théâtre San Carlo de Naples. Puis il intègre les Ballets de Monte Carlo, le Ballet de l’Opéra National de Paris, le Ballet de Zürich où il est engagé comme danseur principal et enfin, le Ballet National de Marseille en tant que partenaire de Marie-Claude Pietragalla. Il travaille avec Noureev, Robbins, Kylian, Forsythe, Preljocaj, Roland Petit, Pina Bausch, Lucinda Childs, Carolyn Carlson, Dawson,  Malandain… et danse les chorégraphies de Petipa, Balanchine, Neumeier, Scholz, Lifar, Ashton, Nijinsky… En tant que chorégraphe et danseur, il accompagne les comédiens Pierre Arditi, Marie-Christine Barrault et Macha Méril dans leur lecture de textes littéraires. « Passionné par mon art et désireux de m’investir dans un travail de recherche chorégraphique, j’ai créé la Compagnie Julien Lestel en 2007 ». Il collabore alors avec le pianiste François-René Duchâble qui joue sur scène dans plusieurs de ses créations – Anastylose, Rachmaninov, Solo et Opus – ainsi qu’avec le compositeur Karol Beffa qui a créé la musique de Corps et Âmes. Il participe au Gala des Étoiles du XXIe siècle au Théâtre des Champs Élysées où il danse Les Âmes Frères, une de ses créations. Il chorégraphie aussi les parties dansées d’opéras : Les Pêcheurs de perles, Manon, Aïda ainsi que La Vie parisienne. La Compagnie Julien Lestel compte à son répertoire dix-sept chorégraphies et regroupe onze danseurs issus d’horizons différents où chacun peut révéler sa singularité tout en restant fidèle au style néoclassique-moderne qui caractérise la Compagnie. Actuellement, il collabore au sein de la compagnie avec les danseurs de l’Opéra de Rome et Eleonora Abbagnato, et est également professeur à l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille.  

Ballet de l’Opéra National de Paris

Danseuse Étoile du Ballet National de Corée (2010-2011)

Ida Viikinkoski commence la danse en Finlande. À 9 ans, elle entre à l’Ecole de danse de l’Opéra de Finlande où elle est formée jusqu’à l’âge de 16 ans. C’est lors d’un stage d’été dans son pays qu’elle se fait repérer par Elisabeth Platel, Directrice de l’Ecole du Ballet de l’Opéra de Paris. En septembre 2011, elle réussit l’audition et intègre l’Ecole du Ballet de l’Opéra de Paris en 1ère division . En 2013, elle est engagée sur concours dans le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris. La même année, Ida Viikinkoski reçoit le Prix de l’AROP catégorie  » Jeune Espoir du Ballet ». Lors du Concours de promotion en novembre 2014, elle est élevée au grade de Coryphée. L’année suivante, en novembre 2015, elle est promue Sujet.

Première Danseuse du Ballet de l’Opéra National de Paris

Née à Séoul, Sae Eun Park fait ses premiers pas à l’Académie Nationale de Ballet de Corée à l’âge de 10 ans. En 2006, à 16 ans, elle reçoit la médaille d’argent Junior lors de la « Compétition Internationale de Ballet » à Jackson USA et la médaille d’argent Senior à celle de Beijing. En 2007, elle remporte le Prix de Lausanne en Suisse, ce qui lui permet de rejoindre par la suite l’ABT II – American Ballet Theatre de New York pour deux années. Mai 2009, Sae Eun est reçue au Ballet National de Corée en tant que membre spécial où elle y élargît son répertoire en travaillant notamment « Odette-Odile » dans Le Lac des Cygnes ou encore « Marie » dans Casse-Noisette. Ces expériences lui permettent d’être promue Étoile en janvier 2010. En août 2011, elle entre à l’Opéra National de Paris pour une durée d’un an, puis est titularisée l’année suivante. Coryphée en 2012, elle est promue Sujet en novembre 2013. A l’issue du Concours de Promotion interne 2016, elle est nommée Première Danseuse.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Juliette Hilaire débute la danse en 2000 et rentre deux ans plus tard à l’École de Danse de l’Opéra de Paris, à l’âge de 13 ans. Après les six années de formation, elle intègre en août 2008 le Corps de Ballet. Quadrille puis promue Coryphée en 2011, elle a dansé dans de grands ballets classiques tels que Raymonda, La Bayadère, Giselle, Casse-Noisette, Le Lac des Cygnes, Eugène Onéguine. Mais elle a également participé à des pièces de chorégraphes contemporains comme Jiri Kilian (Kaguyahime), Angelin Preljocaj (Siddharta, Le Parc), Alexei Ratmansky (Psyché), José Martinet (Les Enfants du Paradis), Jean-Guillaume Bart (La Source), Sasha Waltz (Roméo et Juliette), John Neumeier (Troisième Symphonie de Gustav Mahler), Birgit Cullberg (Mademoiselle Julie), Trisha Brown (Glacial Decoy), William Forsythe (ln the Middle, Somewhat Elevated – Pas./Parts), Pina Bausch (Orphée et Eurydice), Anne Teresa de Keersmaker (Rain) et Wayne McGregor (Pas de Deux de Genus).

Ballet de l’Opéra National de Paris

Fanny Gorse entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1998. En 2005, elle est admise dans le Corps de Ballet de l’Opéra. Elle participe à toutes les productions de l’Opéra au Palais Garnier et en tournée : Singapour, Italie, Japon, Russie, Australie, USA. Elle assure des rôles de soliste et demi-soliste dans de nombreux spectacles tels que « La Reine des Dryades » dans Don Quichotte (Rudolph Noureev), les « Deux Willis » dans Giselle (Patrice Bart), « Les Pierres Précieuses » dans La Belle au Bois Dormant (Rudolph Noureev), Artifact Suite (William Forsythe), « Trio des Grandes » dans Signes (Carolyn Carlson)… Par ailleurs elle est choisie pour représenter la marque Repetto. Elle est promue Sujet en novembre 2015.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Charline Giezendanner entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1994. En 1999, elle est choisie par John Neumeier pour danser le rôle de « Molly » dans Yondering. En 2001 elle danse « Swanilda » aux côtés de Mathieu Ganio dans le Coppélia (P. Lacotte) (film DVD). En 2001 engagement dans le Corps de Ballet de l’Opéra. En 2004 elle est promue Coryphée puis nommée Sujet en 2008. Elle est remarquée dans toutes les productions de Rudolph Nourreev : « Cupidon », « La Demoiselle d’Honneur », dans Don Quichotte, « Luisa » dans Casse-Noisette, « Gamzatti » dans La Bayadère et « L’Oiseau Bleu » dans La Belle au Bois Dormant; elle est choisie pour interpréter le rôle de « Desdémone » ainsi que « La Ballerine » dans la création Les Enfants du Paradis (J. Martinez). Lors de la soirée « Jeunes Danseurs », elle danse Tchaikovsky Pas de Deux (G. Balanchine) ; elle interprète le rôle-titre de La Petite Danseuse de Degas (P. Bart) ; elle est également choisie dans les ballets contemporains des chorégraphes W. Forsythe, N. Duato, J. Neumeier… En 2010 elle reçoit le Prix du Public AROP. Elle participe à la cérémonie des Benois de la Danse à Moscou, où elle interprète « Naila » dans un extrait de La Source (JG. Bart).

Ballet de l’Opéra National de Paris

Alice Catonnet commence la danse à Paris à l’âge de sept ans pour intégrer l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2003, où elle fait toutes ses classes. Elle participe chaque année aux démonstrations, spectacles et éventuelles tournées (France, Japon, États-Unis, Allemagne). En 2010, elle danse son premier rôle soliste dans Sept Danses Grecques de Maurice Béjart, puis les années suivantes dans Variations (Violette Verdy), Le Bal des Cadets (David Lichine) ou Symphonie en Trois Mouvements (Nils Christe). En août 2012, elle est engagée première dans le Corps de Ballet de l’Opéra et reçoit le Prix AROP du jeune espoir. Depuis elle a participé à Sérénade de Balanchine, Don quichotte ou La Bayadère de Rudolf Noureev.  Elle est promue Coryphée en novembre 2015 puis Sujet en 2016.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Héloïse Bourdon commence la danse à 8 ans, dans les cours de Max Bozzoni. Un an plus tard, elle remporte le 1er Prix de la Scène Française à l’unanimité du Jury. En 2000, elle entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. A 16 ans, elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra. Élevée au grade de Sujet en 2011, Héloïse participe depuis à toutes les grandes productions de la compagnie, où lui sont confiés des rôles de première soliste. C’est ainsi qu’il lui a été permis de s’illustrer à 20 ans dans « Nikyia » dans La Bayadère (R. Noureev), « Myrtha » dans Giselle (P. Bart), « La Reine des Dryades » dans Don Quichotte, et dans La Belle au Bois Dormant le rôle d’« Aurore » (R. Noureev). Benjamin Millepied lui confie le rôle d’ »Étoile » dans Le Lac des Cygnes à l’Opéra (R. Noureev). On lui confie également, le rôle titre dans Etudes (Lander), Thèmes et Variations (Balanchine), « Clara » dans Casse-Noisette, « Gamzatti » dans La Bayadère. Elle est invitée en guest au Théâtre Marinsky (Saint-Petersbourg) pour interpréter « Odile-Odette » dans Le Lac des Cygnes (Petipa), et à Moscou pour danser « Clara » dans Casse-Noisette et « Kitri » dans Don Quichotte. En 2010, elle reçoit Le Prix du Cercle Carpeaux et en 2011 le Prix du Public AROP. En 2013, à l’issue de la Tournée de L’Opéra de Paris à New York, Héloïse se voit élue, par la célèbre journaliste américaine Jennifer Stahl de Pointe Magazine, au top 10 des meilleures interprétations de l’année après Alina Cojocaru, Sylvie Guillem, pour son interprétation du « Pas de Deux des Vendangeurs » dans le ballet Giselle. A l’issue du Concours de Promotion interne 2018, elle est nommée Première Danseuse.

Ballet de l’Opéra National de Paris

Marion Barbeau intègre l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2002 après avoir passé un an au Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris. En 2008 elle intègre le Corps de Ballet de l’Opéra où elle danse de nombreux grands ballets classiques du répertoire de l’Opéra tels que Le Lac des Cygnes, Casse-Noisette ou Raymonda de Rudolph Noureev et quelques créations comme l’Anatomie de la Sentation de Wayne McGregor. Elle participe également à plusieurs tournées et accède à des rôles de demi-soliste : « Aricie » dans Phèdre de Serge Lifar, « La Demoiselle d’Honneur » dans Don Quichotte de Rudolph Noureev, et « Pas de Trois » dans Paquita de Pierre Lacotte. Elle est promue Coryphée en 2012 puis Sujet en novembre 2015. A l’issue du Concours de Promotion interne 2018, elle est nommée Première Danseuse.

Premier Danseur du Ballet de l’Opéra National de Paris

Florian Magnenet passe le concours d’entrée de l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1993, pour une scolarité de six ans qu’il effectuera sans encombres. Ces années-là, il participe à divers spectacles et s’illustre notamment dans le rôle du « Gitan » dans Les Deux Pigeons. Il fait également partie des élèves qui créent Yondering, de John Neumeier. Engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 1999, à l’âge de 19 ans, il est promu Coryphée en 2002 puis, deux ans plus tard, accède au grade de Sujet. En 2005, il tient son premier grand rôle dans le Cendrillon de Rudolf Noureev en remplacement du Danseur Étoile Manuel Legris blessé. Par la suite, il interprète les rôles de soliste dans Jewels (George Balanchine), « Lucien d’Hervilly » dans Paquita (Pierre Lacotte), Roméo et Juliette (Rudolph Noureev). En mai 2011, il danse dans Rain d’Anne Teresa De Keersmaeker lors de l’entrée de la pièce de danse contemporaine au répertoire de l’institution. Il se voit décerner le Prix du Public de l’AROP en 2005, deux ans après avoir reçu le Prix du Cercle Carpeaux. En 2010, il devient Premier Danseur. > wikipedia

Premier Danseur du Ballet de l’Opéra National de Paris

Originaire de Metz, Vincent Chaillet fait ses classes à l’École de Danse de l’Opéra de Paris et intègre la compagnie en 2002. Élevé au rang de Sujet en 2007, il se distingue dans de nombreuses créations contemporaines : La Septième Lune (Davide Bombana), Orphée et Eurydice (Pina Bausch), Roméo et Juliette (Sasha Waltz), A Sort of (Mats Ek), Les Enfants du Paradis (José Martinez), White Darkness (Natcho Duato), Rain (Anne Teresa De Keersmaeker). Il est également distribué dans toutes les productions du répertoire classique. Parallèlement à sa carrière de danseur, il s’épanouit dans la chorégraphie et la mise en scène. Il est élevé au grade de Premier Danseur en novembre 2009. > wikipedia

Premier Danseur du Ballet de l’Opéra National de Paris

Audric Bezard commence la danse à l’âge de 6 ans. C’est en 1994 qu’il entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. En 2000, Claude Bessy lui confie le rôle du « Prince Ivan » dans L’Oiseau de Feu (M. Fokine) et le rôle principal dans Sept Danses Grecques (M. Béjart), lors des spectacles de l’École. Engagé la même année dans le Corps de Ballet de l’Opéra, il participe depuis à toutes les grandes productions de la compagnie en France comme à l’étranger : Raymonda, Casse-Noisette, La Bayadère, Don Quichotte, Le Lac des Cygnes, La Belle au Bois Dormant… En 2009, il est « L’Élu » dans Le Sacre du Printemps de M. Béjart, « L’Âme » dans la 5ème Symphonie de Malher de J. Neumeier, « Lensky » dans Onéguine de J. Cranko , puis soliste dans Genus de W. McGregor. Lors du concours annuel il devient Coryphée en 2005 puis Sujet l’année suivante. Il est nommé Premier Danseur en Novembre 2012. > wikipedia

Premier Danseur du Ballet de l’Opéra National de Paris

Arthur Allard entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2003. Il est admis sur concours dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2009. Il reçoit cette même année le prix du Jeune Espoir du Ballet décerné pour la première fois par la FROP (Fondation pour le Rayonnement de l’Opéra de Paris). Il est promu Sujet en 2011, et il obtient la même année le Prix du Cercle Carpeaux. Il a rapidement interprété de nombreux rôles dans des ouvrages tels que Don Quichotte, La Fille Mal Gardée, Dances at a Gathering, Sérénade ou encore Soir de Fête, Napoli, Péchés de Jeunesse… Il se produit dans de nombreux galas à l’international et participe à toutes les tournées avec l’Opéra qui le conduisent de Singapour à Washington en passant par Moscou. Il est promu Premier Danseur en novembre 2013.

Première Danseuse du Ballet de l’Opéra National de Paris

Née à Tokyo, Hannah O’Neill commence la danse à l’âge de 3 ans au Kishibe Ballet Studio. En 2008 elle intègre le Australian Ballet School, remportant en 2009 le Prix de Lausanne à l’âge de 16 ans puis, en 2010, le Youth America Grand Prix. En 2011 elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Avant son arrivée à Paris, elle prend part pendant deux saisons aux représentations de The Dancers Company of the Australian Ballet, interprétant les rôles de « La Danseuse de Rue », « Les Deux Amies » et « La Reine des Dryades » dans Don Quichotte. Elle s’est produite dans de nombreux galas tels que Stars of Today Meet the Stars of Tomorrow (New York, 2010) et au Ballet Asteras (Tokyo, 2013). Titularisée en juillet 2013, elle est promue Coryphée la même année. En juillet 2014 elle reçoit la Médaille d’argent au Concours de Varna (catégorie couple avec Jérémy-Loup Quer) et se voit décerner le prestigieux Prix du Cercle Carpeaux en octobre. Elle est promue Sujet en décembre 2014 puis Première Danseuse en novembre 2015. Elle reçoit le Prix de la meilleure danseuse lors des Benois de la Danse en mai 2016 pour le rôle-titre de Paquita de Pierre Lacotte.

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Valentine Colasante débute au cours de Max Bozzoni qui la suivra jusqu’à son entrée à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1998. En 2006, elle intègre le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris à l’âge de 17 ans. Elle participe aux grands ballets classiques du répertoire, ainsi qu’aux créations de chorégraphes contemporains. Elle accède au rang de Coryphée en 2009 et devient Sujet en 2010. Dès lors, des rôles plus importants lui sont confiés notamment dans les ballets Rain d’Anne Teresa De Keersmaeker et In the Middle, Somewhat Elevated de William Forsythe. Promue Première Danseuse en 2012, elle ajoute depuis à son répertoire de nombreux rôles de soliste tels que « Prudence » dans La Dame aux Camélias de John Neumeier, Dances at a Gathering de Jerome Robbins, Pas./Parts de William Forsythe, Le Palais de Cristal de George Balanchine ou encore « Kitri » dans Don Quichotte. Elle est nommée Danseuse Étoile dans Don Quichotte à l’Opéra Bastille en décembre 2017. > wikipedia

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Né en 1976, Karl Paquette commence la danse au cours de Max Bozzoni. Il entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1987 et interprète en fin d’études La Fille Mal Gardée sous la direction de Claude Bessy. Engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 1994, il est promu Coryphée en 1996 puis Sujet en 2000. Il est finaliste du Concours Eurovision des Jeunes Danseurs à Lausanne en 1995 et reçoit le Prix du Cercle Carpeaux en 1999. Promu Premier Danseur en 2001, il ajoute à son répertoire tous les grands rôles de soliste. Sur proposition de Brigitte Lefèvre, Directrice de la Danse de l’Opéra, il est nommé Danseur Étoile, lors de la représentation de Casse-Noisette, en décembre 2009. > wikipedia

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Mathias Heymann commence la danse à Marseille. Il intègre l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2001. A la fin de sa scolarité, il interprète le premier rôle dans Daphnis et Chloé sur la scène de l’Opéra Garnier. Engagé dans le Corps de Ballet de l’Opéra, il est promu Coryphée en 2005 puis Sujet en décembre 2006. L’année d’après, s’illustrant dans La Bayadère et Arepo (Maurice Béjart), il est élevé au grade de Premier Danseur. En 2007, il remporte le Prix du Cercle Carpeaux et le Prix de l’AROP. A 22 ans, il est nommé Danseur Étoile à l’issue de la première représentation d’Onéguine de John Cranko. > wikipedia

Danseur Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Mathieu Ganio entre à l’École Nationale Supérieure de Danse de Marseille, avant d’être admis à l’École de Danse de l’Opéra de Paris. Engagé en 2001, dans le Corps de Ballet de l’Opéra, il en gravit rapidement les échelons : Coryphée en 2002, Sujet en 2003. Fait exceptionnel, sans être passé par le grade de Premier Danseur, il est nommé Étoile à 19 ans, à l’issue d’une représentation de Don Quichotte en 2004. Très apprécié pour ses caractéristiques dites de « danseur noble », sa danse élégante et ses qualités de partenaire, il est régulièrement invité pour danser à l’étranger : avec le Ballet de Tokyo il danse La Belle au Bois Dormant ; en 2006 et 2007, il participe au Festival annuel du Théâtre Mariinsky avec Don Quichotte et Giselle. Il danse avec Svetlana Lounkina lorsqu’elle est invitée par l’Opéra de Paris pour interpréter le rôle principal de La Fille Mal Gardée. En 2010, il danse aux côtés d’Evguenia Obraztsova pour la création de Pierre Lacotte sur Les Trois Mousquetaires. Il est invité par le Théâtre Stanislavsky de Moscou à l’occasion d’une représentation de Giselle. En 2005, il reçoit le Prix Benois de la Danse pour son interprétation de « James » dans La Sylphide. > wikipedia

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Clairemarie Osta remporte le Premier Prix du Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Christiane Vaussard en 1987 ; elle rejoint le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris l’année suivante. Rapidement remarquée, elle passe Coryphée en 1989 puis Sujet en 1990. En 1994, elle se distingue au Concours International de Danse de Varna, en remportant la médaille de bronze. En 1997, elle se voit remettre le Prix du Public de l’AROP. Elle est promue Première Danseuse en 1999. Elle est nommée Étoile le 29 décembre 2002, à l’issue d’une représentation de Paquita (Pierre Lacotte, d’après Marius Petipa). Le 13 mai 2012, Clairemarie Osta fait ses adieux sous des applaudissements soutenus lors de la dernière représentation de L’Histoire de Manon de la Saison 2011-2012 à l’Opéra Garnier. Clairemarie Osta est nommée Directrice du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris en janvier 2013. En mars 2014, elle interprète Mr et Mme Rêve, chorégraphié par Marie-Claude Pietragalla, sur la scène du Grand Rex. Clairemarie Osta est mariée au Danseur Étoile Nicolas Le Riche. En 2015, ils créent et dirigent ensemble L’Atelier d’Art Chorégraphique (LAAC) au Théâtre des Champs Elysées. > wikipedia

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Laura Hecquet étudie la danse au Conservatoire National de Paris et obtient le 1er Prix à l’unanimité du jury, ce qui lui permet de se présenter à l’École de Danse de l’Opéra de Paris, qu’elle intègre directement en 2e division. Engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2002, elle participe depuis aux productions du répertoire présentées par la compagnie. En 2003, Jean Guillaume Bart lui offre le rôle de « La Danseuse » dans la chorégraphie qu’il réalise pour l’opéra Capriccio de Richard Strauss, mis en scène par Robert Carsen. Coryphée en 2004, elle est promue Sujet en 2005. En octobre 2006, elle reçoit à une semaine d’intervalle le Prix du Public AROP et le Prix du Cercle Carpeaux. Depuis, elle interprète le « Thème Varié », « La Cigarette » dans Suite en Blanc (S. Lifar), « Myrtha », le « Pas de Deux des Vendangeurs » dans Giselle (P. Bart), la soliste de Sérénade (G. Balanchine), « Gamzatti » dans La Bayadère « La Reine des Dryades » dans Don Quichotte et « Aurore » dans La Belle au Bois Dormant. Elle est promue Première Danseuse en décembre 2014. En mars 2015, elle est nommée Étoile à l’issue d’une représentation du Lac des Cygnes.

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Dorothée Gilbert entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1995. A 17 ans, elle est engagée première dans le Corps de Ballet de l’Opéra, où elle connaît une ascension fulgurante. En 2002, elle est promue Coryphée puis Sujet en 2004. La même année, elle reçoit le Prix du Public de l’AROP et en 2004 le Prix du Cercle Carpeaux. Elle est nommée Première Danseuse en 2005. L’année suivante, elle reçoit successivement le Prix Ballet 2000 et le Prix Léonide Massine. En 2007, à l’issue de la représentation de Casse-Noisette où elle dansait avec Manuel Legris, Dorothée Gilbert est nommée Étoile à 24 ans. Acclamée pour sa technique hors pair et la qualité de son travail, elle est depuis régulièrement invitée dans des galas internationaux et abondamment distribuée par l’Opéra de Paris. En 2009, elle est nommée au Prix Benois de la Danse pour son rôle de « Lise » dans La Fille Mal Gardée. En 2013, elle devient l’égérie du premier parfum Repetto. > wikipedia

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Isabelle Ciaravola est née à Ajaccio. Elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse en 1985 dans la classe de Christiane Vaussard ; elle en ressort avec le Premier Prix en 1988. Cette récompense lui permet d’intégrer aussitôt la deuxième division de l’École de Danse de l’Opéra de Paris. A 18 ans, elle est engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra. En 1993, elle obtient le grade de Coryphée. En 2000, elle est promue Sujet, puis en 2003 Première Danseuse. Le 16 avril 2009, elle est nommée Étoile à l’issue de la première d’Onéguine de John Cranko. Isabelle Ciaravola est reconnue pour ses interprétations très justes de ses rôles et la pureté élégante de sa danse. En 2010, elle est nommée au Prix Benois de la Danse pour son interprétation de Giselle. En 2011, elle est nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. En 2012, elle est promue au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur. Isabelle Ciaravola fait ses adieux à l’Opéra de Paris en février 2014 dans Onéguine. Exprimant le désir de transmettre son savoir, elle est nommée Professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en septembre 2014. > Wikipedia Année : 2018
Musique : Astor Piazzola
Chorégraphie : Julien Lestel


Avec : Alexandra Cardinale et Julien Lestel

Un soir de 1959 : Astor Piazzolla apprend à Porto Rico le décès de son père. De retour à New-York pour les obsèques, il y compose l’oeuvre en moins d’une heure, sur une trame, il est vrai, préexistante, celle de Nonino, datant de 1955.

Une œuvre intimiste, aux harmonies éthérées, qui rompt avec les rythmes traditionnels du tango. Piazzolla l’appela plus tard «son air le plus fin».

Quatre danseurs expriment leur masculinité en évoluant dans une dynamique puissante, puis sont rejoints par deux danseuses qui les amènent vers une gestuelle plus tendre et, ensemble, ils virevoltent au son de l’orchestre et du bandonéon. photo  ballet Puccini photo  ballet Puccini photo  ballet Puccini photo  ballet Puccini
Julien Lestel se forme à l’Ecole de Danse du Ballet de l’Opéra National de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix. Il travaille avec Rudolph Noureev qui lui propose de danser Cendrillon au Théâtre San Carlo de Naples. Il intègre des compagnies prestigieuses comme les Ballets de Monte Carlo, le Ballet de l’Opéra National de Paris, le Ballet de Zürich où il est nommé danseur principal puis le Ballet National de Marseille où Marie-Claude Pietragalla lui demande d’être son partenaire pour danser le répertoire classique.
 Julien Lestel travaille avec les plus grands chorégraphes : Noureev, Robbins, Kylian, Forsythe, Preljocaj, Roland Petit, Pina Baush, Carolyn Carlson, Thierry Malandain… et danse les chorégraphies de Petipa, Balanchine, Neumeier, Lifar, Nijinsky….

En 2006, il fonde la Compagnie Julien Lestel. En 2007, il chorégraphie une pièce pour le Ballet National de Marseille, Somewhere pour treize danseurs. 
En 2008, Pierre Cardin l’accueille dans son théâtre à Paris pour présenter la première de son ballet  Les Âmes Frères.
En 2009, il créé Constance à l’Opéra de Marseille. En 2010 l’Opéra de Marseille accueille sa  création Anastylose avec, au piano, le célèbre pianiste François-René Duchâble et Pierre Cardin lui confie la chorégraphie de sa nouvelle production Casanova. Il crée Corps et Âmes au Théâtre des Champs-Elysées à Paris en 2011, sur une création musicale de Karol Beffa. En 2012 il chorégraphie Fragments et le Sacre du Printemps. La même année il crée la pièce Next pour le Jeune Ballet de Lyon. En 2013, La Paix des Étoiles est présentée au Festival Off d’Avignon et au Dôme de Marseille, alors Capitale Européenne de la Culture. En 2014, il présente ses nouvelles créations Puccini à l’Opéra de Massy et Roméo et Juliette à l’Opéra de Marseille.Le ballet Puccini est une pièce d’une heure interprétée par onze danseurs de la Compagnie Julien Lestel. Il magnifie les destins tragiques des héroïnes de Giacomo Puccini : Manon Lescaut, La Bohème, Tosca, Madame Butterfly… Il soulage les souffrances des bouleversantes héroïnes du compositeur, de celles qui se sont enfuies, querellées, qui ont été trompées ou délaissées, puis se sont éteintes.

Intensément moderne dans ses émotions, la musique impressionne dès les premières mesures. Comme attirée, la danse se porte à la hauteur de cette puissance musicale et vient confondre la force de ces deux arts dans une nouvelle harmonie, imaginée et saisissante. Dans une sobre mise en scène, onze danseurs dessinent une partition chorégraphique somptueuse, rigoureuse, énergique et sensuelle. Admirateur inconditionnel du compositeur disparu il y a 90 ans, Julien Lestel signe une chorégraphie imprégnée de passion et de frissons qui vont crescendo.

Des tempéraments de feu, des élans de grâce : l’équilibre parfait entre musique et danse, dans un halo de beauté… Un ballet hors norme, irrésistible et poignant.
Alexandra Cardinale, du Ballet de l’Opéra de Paris, crée en 2010 AC Opéra Ballet Production. Elle met en scène et produit des soirées de ballets mettant au centre de ses engagements artistiques la transmission de l’héritage du grand répertoire classique et la découverte de créations contemporaines. A travers des productions prestigieuses et accessibles à tous, les plus grands danseurs de l’Opéra de Paris et des scènes internationales sont mis en lumière. Tous sont animés par les mêmes valeurs : passion, exception, exigence, engagement, talent, émotion, beauté… Valeurs partagées par chacun des membres d’AC Opéra Ballet Production. AC Opéra Ballet Production, à travers ses soirées de ballets, souhaite donner envie à tous de découvrir la danse et d’être ainsi saisi d’une émotion inattendue. « Danser c’est à voir la musique. » Georges Balanchine Alexandra Cardinale présente la soirée de ballets Gala d’Étoiles afin de proposer à un large public le Rêve de l’Opéra. Elle produit également les spectacles Puccini et MisaTango de la Compagnie Julien Lestel « Imaginez un univers de passion, de beauté où c’est le cœur qui donne mouvement au corps. Imaginez le talent, l’héritage d’excellence et une inlassable recherche de perfection. Imaginez le geste noble d’un danseur classique, la performance d’un athlète, la poésie d’un artiste et le langage audacieux d’un chorégraphe contemporain. Tel est le rêve que des danseurs d’exception veulent vous faire partager. » Alexandra Cardinale Directrice artistique   Crédit photo : Gérard Uféras Alexandra Cardinale est admise sur concours à l’âge de dix ans à l’École de Danse du Ballet de l’Opéra National de Paris, dirigée par Claude Bessy. Durant ses six années de sélection et de formation à la danse classique et contemporaine, elle poursuit également une scolarité traditionnelle. Claude Bessy lui confie les premiers rôles de soliste au Palais Garnier. En juillet 1993, elle se classe première au Concours d’entrée au Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris sous la direction de Patrick Dupond. Dès sa première année dans le Ballet de l’Opéra, ce dernier l’invite à danser « hors les murs » dans ses tournées personnelles (Patrick Dupond and Friends ). Elle est élevée au grade de Coryphée en interprétant la variation de Carmen de Roland Petit sous la direction de Brigitte Lefèvre. Elle danse toutes les grandes œuvres du répertoire classique : la Bayadère, le Lac des Cygnes, Cendrillon, Roméo et Juliette, Don Quichotte de Rudolph Noureev, les ballets de George Balanchine, Roland Petit, Serge Lifar, Vaslav Nijinski, Jerome Robbins, Pierre Lacotte, Maurice Béjart… Et aussi les œuvres contemporaines : Pina Bausch, William Forsythe, Angelin Preljocaj ou Wayne McGregor l’ont choisie pour leurs créations à l’Opéra. Marie-Claude Pietragalla lui confie le rôle d’Étoile dans Don Quichotte à l’Opéra National de Marseille. Lors de galas internationaux (Japon, États-Unis, Amérique du Sud, Russie, Chine…) qui font connaître l’excellence du ballet français, elle danse aux côtés des danseurs les plus prestigieux. Parallèlement à sa carrière de danseuse, elle crée en 2010, AC Opéra Ballet Production. Elle met en scène, danse et produit la soirée de ballets Gala d’Étoiles mettant au centre de ses engagements artistiques la transmission de l’héritage du grand répertoire classique et la découverte de créations contemporaines. A travers cette production prestigieuse et accessible à tous, les Danseurs Étoiles et Solistes de l’Opéra de Paris et des scènes internationales sont invités et mis en lumière. On compte déjà une cinquantaine de représentations devant 60 000 spectateurs lors desquelles le succès est au rendez-vous sur les scènes du Palais des Festivals de Cannes, du Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux, du Centre International de Deauville, du Palais des Congrès de Paris, du Palais des Congrès Atlantia de La Baule, du Centre des Congrès de Rennes Métropole ou encore des Théâtres Lucien Barrière. > wikipedia Chère Alexandra, Nous vous remercions de votre invitation le 14 juin, et nous vous envoyons ces quelques mots pour votre « Livre d’Or », en espérant qu’ils contribueront à vous soutenir dans votre entreprise courageuse. « Il faut souhaiter que vos vaillants et courageux artistes continueront encore longtemps à nous enchanter et à nous transporter avec autant de dynamisme au royaume de Terpsichore. Vive la Danse ! » Amitiés Gilbert Bléas & Michel Germain Face à vous, danseurs, nous, pauvres humains normaux, je veux dire balourds, sommes comme devant les oiseaux : plus qu’admiratifs, éblouis ; et envieux à pleurer. Même pas jaloux, tant votre univers de grâce et de légèreté semble inatteignable. Nous nous répétons, résignés : Allons, la danse n’est pas pour moi. Et puis un jour, un soir se produit l’inespéré. Une danseuse, une Alexandra pour être précis, descend de scène et vous fait signe. Vous vous retournez pour être bien certain que c’est à vous qu’elle s’adresse et non à quelqu’un d’autre derrière vous. Rassuré, et plus encore intimidé, vous vous approchez. Alors Alexandra vous tient ce langage : « et si je vous emmenais dans mon royaume ? » Bien sûr, vous ne jouerez pas des bras comme nous. Bien sûr vous ne sauterez pas si haut et ne semblerez pas comme nous ne jamais retomber. Mais la danse entrera dans votre vie. Et comme un amour, elle l’emplira de lumière, d’invention et de liberté. Vous venez à mon Gala ? Des étoiles vous attendent, semblables à celles qui brillent dans le regard des enfants. Erik Orsenna de l’Académie française

05 AOUT 2018 – THE JEWELS OF THE MAJESTIC – « La Plage » Hôtel Barrière Le Majestic CANNES

> Voir le programme  
 

03 MARS 2018 – DUO ALEXANDRA CARDINALE ET JULIEN LESTEL – COLLECTION CAPSULE MYTHERESA.COM – Elephant Paname PARIS

Courtesy Press Office : Alexandre Birman x mytheresa.com – Photo : Stéphane Feugère    
 

26 AOUT 2017 – BELHARRA – BAL BLEU – Casino Barrière DEAUVILLE

   

21 JUIN 2015 – GALA D’ETOILES – EUROMEDLAB PARIS 2015 – Palais des Congrès PARIS

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

BORDEAUX

DIMANCHE 29 MARS 2015 – 15H

voir le programme

PALAIS DES ARTS ET DES CONGRÈS

ISSY-LES-MOULINEAUX

SAMEDI 24 JANVIER 2015 – 20H30

voir le programme

LE PALAIS CASINO LUCIEN BARRIÈRE

LE TOUQUET

SAMEDI 17 JANVIER 2015 – 20H30

voir le programme

> LES ECHOS DU TOUQUET

Article Les Echos du Touquet AC Opera Ballet Production

Danseuse Étoile du Ballet de l’Opéra National de Paris

Amandine Albisson entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 1999, puis sera engagée dans le Corps de Ballet de l’Opéra en 2006. Promue Coryphée en 2008, puis Sujet en 2009, elle est rapidement choisie pour interpréter seconds et premiers rôles. Elle s’est ainsi illustrée dans le rôle-titre de La Sylphide (Pierre Lacotte), « La Danseuse » d’Afternoon of a Faun (Jerome Robbins), « La Plus Belle Fille du Monde » dans Le Rendez-Vous (Roland Petit) ou « La Reine des Dryades » dans Don Quichotte (Rudolf Noureev). Fin 2013, Elle interprète « Aurore » dans La Belle au Bois Dormant (Rudolph Noureev). Elle est également choisie pour interpréter les pièces contemporaines : In The Middle, Somewhat Elevated (William Forsythe), A Sort of… (Mats Ek), Le Sacre du Printemps (Pina Bausch)… Amandine Albisson est promue Première Danseuse en novembre 2013. Amandine Albisson est nommée Danseuse Etoile en mars 2014 à l’issue de la représentation du ballet Onéguine au Palais Garnier.

Elle a depuis ajouté à son répertoire: le Palais de Cristal, Violin Concerto, Brahms-Shönberg, Quartet, Agon, Diamants dans Joyaux (Balanchine), Etudes (Lander), le rôle titre de Paquita (Lacotte), « Garance » dans Les Enfants du Paradis (Martinez), Giselle (P. Bart), « Nikiya » dans La Bayadère, « Juliette » dans Roméo et Juliette, « Odette-Odile » dans Le Lac des Cygnes (Noureev), « Esmeralda » dans Notre-Dame de Paris (Petit), Dances at the Gatering, Other Dances, Les Variations Goldberg, Opus 19/The Dreamer, En Sol (Robbins), Polyphonia (Wheeldon), Herman Schmerman, Approximate Sonata (Forsythe), la soliste dans Le Boléro (Béjart)…. > wikipedia > Pluris > OUEST FRANCE 9 NOVEMBRE 2014 DEAUVILLE

Article Ouest France Novembre 2014 AC Opera Ballet Production > deauville.fr – Novembre 2014

Article deauville.fr Novembre 2014 AC Opera Ballet Production

C.I.D. CENTRE INTERNATIONAL DEAUVILLE

DEAUVILLE

SAMEDI 8 NOVEMBRE 2014 – 21H

voir le programme

> Le Pays d’Auge – Octobre-Novembre 2014

Article Le Pays dAuge Octobre Novembre 2014 AC Opera Ballet Production > Ouest France – Octobre 2014

Article Ouest France Octobre 2014 AC Opera Ballet Production Le 21eme Arrondissement – Octobre 2014

Article Le 21eme Arrondissement-Octobre 2014 AC Opera Ballet Production

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

ENGHIEN-LES-BAINS

DIMANCHE 22 JUIN 2014 – 16H

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

TOULOUSE

SAMEDI 14 JUIN 2014 – 20H30

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

BIARRITZ

DIMANCHE 1er JUIN 2014 -15H

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

LILLE

DIMANCHE 13 AVRIL 2014 -15H

voir le programme

LE PALAIS CASINO LUCIEN BARRIÈRE

LE TOUQUET

SAMEDI 12 AVRIL 2014 – 20H30

voir le programme

> SUD OUEST 2014

Article Sud Ouest 2014 AC Opera Ballet Production

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

BORDEAUX

DIMANCHE 9 FÉVRIER 2014 – 15H00

voir le programme

PALAIS DES FESTIVALS DE CANNES

CANNES

1, boulevard de la Croisette

voir le programme

> Nice Matin 2014 Palais des Festivals

nicematin2014-palais-des-festivals

> PETITNICOIS2014

Article Le Petit Nicois 2014 AC Opera Ballet Production > Nice Matin 2014

Article Nice Matin 2014 AC Opera Ballet Production > DanseMag

Article Danse Mag AC Opera Ballet Production > LA-CROISETTE-MAGAZINE

Article La Croisette Magazine AC Opera Ballet Production > Cote-Magazine

Article Cote Magazine AC Opera Ballet Production

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

TOULOUSE

DIMANCHE 16 JUIN 2013 – 15h

voir le programme

LE PALAIS CASINO LUCIEN BARRIÈRE

LE TOUQUET

DIMANCHE 5 MAI 2013 – 16h

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

ENGHIEN-LES-BAINS

DIMANCHE 14 AVRIL 2013 – 16h

> DEAUVILLE

Article Le Pays d'Auge avril 2013 AC Opera Ballet Production

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

DEAUVILLE

DIMANCHE 7 AVRIL 2013 – 15h

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

BIARRITZ

DIMANCHE 31 MARS 2013

voir le programme

> LA SEMAINE DU PAYS BASQUE

Article La Semaine du Pays Basque AC Opera Ballet Production

PALAIS DES ARTS ET DES CONGRÈS D’ISSY-LES-MOULINEAUX

ISSY-LES-MOULINEAUX

SAMEDI 23 FÉVRIER 2013 – 20h30

voir le programme

THÉÂTRE DU CASINO LUCIEN BARRIÈRE

LILLE

DIMANCHE 20 JANVIER 2013 – 15h

voir le programme

« Étoiles classiques et contemporaines » « Plus près des Étoiles »

TOULOUSE

DIMANCHE 3 JUIN 2012

BORDEAUX

SAMEDI 2 JUIN 2012

LILLE

SAMEDI 19 MAI 2012

« Avec Gala d’Étoiles, entrez dans la danse »

> SIGNE BARRIERE

Article Signe Barriere AC Opera Ballet Production

ENGHIEN LES BAINS

DIMANCHE 15 JANVIER 2012

« Le cliché de la semaine »

> FIGARO MADAME

Article Madame Figaro AC Opera Ballet Production

DEAUVILLE

DIMANCHE 23 OCTOBRE 2011

« Alexandra Cardinale, ambassadrice des étoiles »

> DANSE

Article Danse AC Opera Ballet Production « Gala d’Étoiles au Casino »

BIARRITZ

SAMEDI 11 JUIN 2011

« Gérard Uféras près des Étoiles »

> PHOTO

Article Photo AC Opera Ballet Production

ENGHIEN LES BAINS

DIMANCHE 3 AVRIL 2011

LE TOUQUET

SAMEDI 12 MARS 2011

« Pluie d’étoiles au Casino »

TOULOUSE

DIMANCHE 6 FEVRIER 2011

LILLE

DIMANCHE 30 JANVIER 2011

BORDEAUX

DIMANCHE 9 JANVIER 2011

« Gala d’Étoiles à Lille : transmettre la beauté, toucher un large public » « Pluie d’étoiles sur la scène du Casino » « Casino : les vertus cardinales des Étoiles » Critiques et avis Gala d’Étoiles sur billetreduc.com

ENGHIEN-LES-BAINS

DIMANCHE 6 DECEMBRE 2009

« À la conquête des Étoiles » « Pluie d’étoiles, le ballet de l’opéra comme vous ne l’avez jamais vu »

> GALA

Article Gala AC Opera Ballet Production « Jean-Paul Goude pour Galliano, Rykiel, D&G »

HARPER’S BAZAARD


Article Harpers Bazaard AC Opera Ballet Production
« Le Monde d’Hermès »

> HERMES

Article Hermes AC Opera Ballet Production « Dans la lumière des étoiles »

> VSD

Article VSD AC Opera Ballet Production Portraits « Le prix de l’excellence »

> L’EXPRESS mag

Article L'Express AC Opera Ballet Production « Opéra National de Marseille, Don Quichotte » « Château de Versailles, Fêtes de nuit » « Gala d’Étoiles » « Harrogate Festival » « Le Parc » (Preljocaj) « Le prix de la grâce »

> ELLE

Article Elle AC Opera Ballet Production

DREAM COMPAGNIE JULIEN LESTEL

PARIS

Salle Pleyel

JEUDI 16 JANVIER 2020 - 20H

> Billeterie

> LIRE LA SUITE

3 juillet 2018
Gala d’Étoiles vous donne rendez-vous pour la Saison 9

Toute l’équipe de Gala d’Étoiles vous remercie pour cette sublime Saison 8. Votre accueil chaleureux et votre enthousiasme nous ont …

> LIRE LA SUITE